Il semble excessivement compliqué voire pénible d’écrire sur Papa Roach sans y associer le mot merde. C’est pourquoi cette chronique n’échappera pas à cette obligation.

C’est la crise, on le sait, on nous le dit assez. Cependant, pour citer le philosophe, Papa Roach n’a pas pour autant décidé de mettre le hola sur l’affligeante bêtise qu’est sa musique. Le nu-metal était déjà en soi un mouvement assez sale voire débile mais Papa Roach a réussi l’exploit de l’emmener dans les tréfonds de l’horreur avec le carton de son album ‘Infest‘. Le genre de disque qui fait que n’importe quel auditeur doté d’un cerveau se sent nobélisable dans l’immédiat. Ensuite, Papa Roach a fait dans la bouse MOR. Avec l’insuccès que l’on sait. Ces horreurs ont marqué à défaut de cartonner. C’est non sans émotion qu’on se remémore le pseudo tube ‘Decompression period‘, la chanson d’un mec qui souffre assurément.
De la merde donc, mais de la merde rigolote. On ne loupe jamais une sortie de Papa Roach. Sans surprise, ‘Metamorphosis‘ ne voit pas la bande de débiles se transformer en un beau et gracieux papillon. Plutôt en gros et crasseux saucisson. Dès l’intro ‘Days of war‘, on rit. Quand débute ‘Change or die‘ (conseil qu’ils devraient suivre), on pense à Greenday avec des guitares plus musclées. ‘Hollywood whore‘ propose un affreux refrain FM et un riff à la ‘Last Resort‘. Ce n’est pas parce que Faith No More se reforme qu’il faut se croire autorisé à toutes les idioties. ‘I almost told you that I loved you‘ (presque!) continue dans la même veine avant le gros morceau ‘Lifeline‘, pompage de… Keane! Quand Noel Gallagher pique un riff à T-Rex on le comprend, tout le monde voudrait les riffs de T-Rex, mais là. Franchement un groupe qui pompe Keane, comme Zazie sur ‘Je suis un homme‘, laisse peu de place au doute. On voit où on se situe.

Inutile de continuer, Papa Roach reste cette incarnation hideuse du versant le plus commercial du rock, jouant sur la corde raide de l’ado complètement débile en manque de sensations que le groupe veut fortes (qui d’autre peut écouter ça ?). Papa Roach est un groupe de merde, faisant de la musique de merde et on ne peut que se réjouir de son insuccès actuel. La vision de la musique proposée par ces idiots est d’une étonnante bêtise: on met la machine à variétés en marche et on coche l’option guitares. C’est d’une laideur sans nom, ses seuls concurrents à ce niveau restent Muse,les rescapés de feu SOAD et Judas Priest.
Un riff musclé ne fait pas le rock, on s’étonne de devoir encore préciser cela…