Puissant. Lourd. Noir. Profond. Glacial. Boueux. Organique. Synthétique. Inquiétant. Malade. Saturé. Éreintant. Lancinant. Atmosphérique. Tétanisant. Écorché.

D’habitude, les mots me manquent pour chroniquer un disque de sludge, doom, postcore, ou autres écrasantes subtilités musicales. Cet album éponyme de HKY a éveillé en moi une émotion singulière, et pour conclure la courte review de ce long effort studio, expérimental et torturé, rien de tel qu’une petite phrase savoureuse et imagée : HKY, c’est comme une bite. De prime à bord, ça a l’air repoussant, mais avec un peu de persévérance, ça sait faire plaisir. Même par les chemins les plus douloureux.