Votre mot de passe vous sera envoyé.

Il y a quelques jours, au beau milieu d’une brouette de publicités pour du mobilier de jardin pas cher, j’ai reçu deux intéressants courriers : le dernier catalogue La Redoute (et je vous emmerde) et le nouvel EP d’Housebound, première partie du diptyque ‘Winter Blow‘/’Summer Swing‘. Fait insolite, le pavé et la galette ont deux points communs : ils ont pour objet la mode période automne-hiver et possèdent des agents masturbatoires. Certes, ‘Winter Blow‘ ne fait pas dans la dentelle (de sous-vêtement) mais contient une bonne dose de riffs dodus et néanmoins fougueux tout aussi bandants que l’une de ces délicieuses blondes au regard langoureux présentes avant les pages enfant du célèbre bottin vestimentaire.

Silencieux depuis ‘On A Daily Basis‘ (2006), les protégés du label Dirty8 présentent en 2010 un prêt-à-pogoter écorché et vigoureux, taquinant aisément le manche à grands coups de parties metal tourbillonnantes (‘The Great Society‘ et son solo jubilatoire), de rockin’ hardcore chaloupé (‘Channel #5‘) ou de punk hardcore effréné et hymnique (la turbulente ‘Good to Go‘). Que les asthmatiques qui ne tiennent pas la cadence de ce groove assassin se rassurent, les alsaciens ont quand même eu le temps de placer deux-trois ralentissements opaques, fourbes et taquins, évoquant les fluides envolées présentes sur ‘On A Daily Basis‘, comme la traitre ‘Stay Tuned‘.

En écoutant ce ‘Winter Blow‘ d’Housebound, rugueux et classe, on se prend à rêver d’un défilé se transformant en orgie alliant froufrous, sado-masochisme et bestialité au son de cet EP. Tant que Jean-Paul Gautier n’est pas dans le coin, tout devrait bien se passer.

Rendez-vous fin 2010 pour la collection printemps-été avec ‘Summer Swing‘.