Forts d’une excellente réputation en raison de l’énorme succès de leur troisième album, ‘Dude Ranch‘, les Blink-182 ont su attraper le train au bon moment en amenant au Punk Rock une touche plus mélodique et accessible. 1998 aura été une année assez chargée pour le groupe puisque après avoir, en premier lieu, définitivement changé de label (Cargo pour MCA), Blink-182 a dû trouvé un remplaçant à Scott Rainor , parti pour des raisons assez confuses aujourd’hui encore. C’est donc avec le talentueux Travis Barker, ex-Aquabats, que Blink-182 entre en studio.

Côté production, là aussi un gros changement. C’est désormais le grand Jerry Finn (Sum 41, Fenix-Tx…) qui est aux commandes, et pour ce quatrième opus, MCA n’a pas lésiné sur les moyens. En effet, dès le premier morceau, il n’est pas difficile de s’apercevoir de l’énorme différence de son par rapport aux précédents travaux. Un son plus ‘rond’ où chaque instrument est poussé à son maximum (nous parlons ici de qualité de son et non pas de technicité) : en gros, un son aseptisé comme il est assez fréquent d’en entendre sur toutes les grosses productions.

Musicalement, pas de grandes innovations ! ‘Enema Of The State‘ reprend le filon auparavant exploité par le groupe sur ‘Dude Ranch‘, à savoir des rythmes rapides, mélodiques, où la distorsion et les paroles plus que douteuses ont plus que jamais leur place. Des morceaux tels que ‘Aliens Exist‘, ‘Dysentary Gary‘ ou encore ‘Don’t Leave Me‘ en sont l’illustration parfaite. Cependant, les excellentes ‘Going Away To College‘, ‘Adam’s Song‘ et ‘What’s My Age Again ?‘, devenu le morceau emblématique de Blink-182, nous rappelleront que bien souvent la qualité ne réside pas essentiellement dans la technique mais aussi dans l’originalité (et on salut au passage l’ami Delonge). Il n’est également pas possible de parler d’ ‘Enema Of The State‘ sans souligner l’énorme travail fournit par le batteur de génie qu’est Travis, et qui, à certains moments, sauve la baraque. Impossible également de finir cette chronique sans parler du bouquet final offert par le groupe avec le morceau intitulé ‘Anthem‘.

Vous l’aurez donc compris, ‘Enema Of The State‘ est un excellent album qui plaira sans aucun doute (mais alors aucun) aux amateurs de Pop Punk. Il n’est pas nécessaire, je pense, de signaler à tous les gens qui n’aiment pas le soit-disant ‘commercial’ que cet album n’est pas fait pour eux… Quoi qu’il en soit, pour les autres jetez-vous dessus !