Is something wrong? You don’t look like you’re having fun‘. Nous sommes en plein milieu de la pas très fun dernière chanson d »After The Disco‘ et James Mercer a soudain un éclair de lucidité. Mais non mais pas du tout, s’empresse-t-on de lui dire, ce n’est pas qu’on ne s’amuse pas au Broken Bells Club mais comprenez que la journée a été loooongue et d’ailleurs on ne va pas trop tarder à rentrer, hein chérie, mais merci quand même pour tout – vraiment sympa cette petite sauterie. Comment ça il n’est pas tard? Ah ben oui, effectivement, on vient d’arriver, zut alors. On aurait pourtant juré que ces 45 minutes de pop lénifiante en faisaient le triple. Ah mais si, bien-sûr qu’on aime la disco! On n’écoute que ça d’ailleurs, hein pas vrai chérie, et puis bravo pour ce titre les mecs : ‘Après la disco’, genre pas tout à fait de la vraie disco des années 70 mais plutôt des dérivés synth-pop et autres kitscheries dans le style. Pas la folie du dancefloor mais l’instant de détente blasée qui suit. Chapeau, du coup on est pas mal blasés nous aussi. Rien à voir avec le dernier disque mais on vous reconnaît bien. Z’êtes pas souriants mais il y a de l’idée au moins! Bon, on leur dit?… En fait depuis 2010 on s’est nous aussi découvert une passion pour les synthés tout nazes à la Phil Collins et les soirées thématiques eighties, comme tout le monde hein chérie, ça fait tellement rétro-lol et puis si c’est bon pour Daft Punk, hein, qui sommes-nous pour dire que toute cette histoire commence à sentir un peu le réchauffé? Haha, on ne se permettrait pas. Faire du récemment daté à partir de l’antiquement daté, faut le faire! Non vraiment, merci les gars, vous avez mis une de ces ambiances! Excentriques mais pas trop, prévisibles juste ce qu’il faut! Attendez, pardon, je viens de recevoir un Whatsapp… Voilà… Ok, où en étais-je? Non, franchement, entre un Danger Mouse qui produit tout pareil et un James Mercer qui danse tout seul au milieu de la piste d’un air contrarié, ça le fait grave. Et on reviendra. Si si. On vous adore, ne changez jamais surtout. Oh ça va, on peut rigoler, hein! Bien-sûr que vous êtes les meilleurs. Peut-être plus très en forme mais le talent est là, par intermittence. De toute façon le talent ne meurt jamais, comme dit toujours je sais plus qui. Prenez les Bee Gees par exemple, leur période disco a été moquée des milliards de fois mais presque 40 ans plus tard ‘Stayin’ Alive‘, ‘You Should Be Dancing‘ et ‘How Deep Is Your Love‘ sont toujours des tubes mastodontes. Peut-être qu’au fond c’est ça le vrai ‘After The Disco‘, des chansons qui survivent et pas seulement un produit calibré sans âme que tout le monde aura oublié dans dix minutes. Bon c’est pas tout ça, mais demain on a rencart avec les Dum Dum Girls. Et encore merci, hein !