Its Shouts And Sings With Life… Explodes With Love!‘ sortait il y a deux ans et avait alors violemment marqué les esprits et les tympans. Aujourd’hui, le groupe nous revient avec encore un MCD, mais fortifié en plus d’un expérience live en béton-armé après avoir tourné à travers toute l’Europe et partagé l’affiche avec des groupes aussi éclectiques que Chokebore et Agnostic Front.

Et là où leur précédent EP atteignait ce qu’il convenait d’appeler à l’époque la perfection en matière de Post-Hardcore (pour preuve, lire ceci), mais qui s’est avérée être dépassée depuis par un certain nombre de groupes cités plus-bas, le nouvel exutoire des rouennais remet les pendules à l’heure et prouve queBurn Hollywood Burn reste l’une des formations Punk/HxC les meilleures au monde.

Leur son et la structure des compos s’avèrent désormais plus complexes, plus travaillées, toute en conservant l’énergie crue et rock n’ roll (au bon sens du terme) qui les caractérise. Mais ce qui reste prédominant, c’est l’aspect ‘uppercutant’ de leur Hardcore, le côté ‘pose ta bouche contre le trottoir…’ Comme si on faisait cramer sur le même bûcher Refused et The Blood Brothers.
Les musiciens sont excellents (hypnotisant jeu de batterie sur ‘Ashes Make Better Soil Than Dirt‘, ligne de basse à faire entrer en transe même la reine d’Angleterre sur le trippant ‘Heaven Is So Miserable‘, je ne vous parle pas du titre instrumental ‘Love, Pills And Whisky‘ car tout est dit dans le titre de ce chef d’oeuvre de Emo/Post-Hardcore, et le virulant ‘From Our Wrists To Their Throats‘, dont l’aspect à la fois speed et lourd fait honneur à ‘Burn, Piano Island, Burn‘- pardon, Burn Hollywood Burn, lapsus révélateur…), et Matthieu excelle dans ses hurlements qui n’ont rien à envier à ceux d’un Jake Bannon de Converge.

Rien que là, l’album mériterait amplement ses 5 étoiles. Mais si en plus on se penche sur les textes, on découvre alors que le groupe, en plus d’être sacrément doué musicalement, est foutrement cultivé et intelligent.
Loin d’ un engagement ‘Charity Business‘ ou d’une philosophie de comptoir, les gars, qui ont su toujours resté en marge de l’ordre établi, nous sortent des citations d’illustres Hommes de Lettres (Hegel, Cioran, Debord, oui monsieur, parfaitement…) et nous pondent des textes vrais et forts, en tout cas assez pour nous pousser à agir et faire évoluer la société de merde dans laquelle on se laisse vivre.

Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus et récalcitrants à se procurer un CD qui ne dure qu’un quart-d’heure (mais si la qualité prime sur la quantité, que demande le peuple?), courez-voir ce qu’ils donnent sur scène quand ils passeront (et ils passeront) près de chez vous pour résoudre à jamais le dilemme.