Prends ça dans ta gueule S.V.P.‘, c’est plutôt accrocheur comme nom d’album, non ? A première vue, compte tenu du titre, on peut présager qu’on va se prendre du gros son dans les oreilles, et dans les faits, Feeva ne nous déçoit pas, avec sa fusion hardcore percutante. Le groupe underground de Strasbourg, qui publie son troisième disque à l’été 2004, possède une caractéristique assez originale, puisque 2 chanteurs officient sur cette démo 4 titres.

Globalement, les riffs de guitare de cette démo sont assez rapides et musclés (‘Néopause‘), et la basse funky de Phab est très largement mise en avant par le producteur (‘Lavie.conne‘). Les compositions abusent de breaks, dont certains sont particulièrement explosifs (‘A Prendre Ou A Laisser‘). Le premier titre, ‘Lavie.conne‘, après une courte intro à tendance punk, s’emballe sur un gros riff binaire bien lourd, alors que les paroles se font assez pessimistes (‘le pire reste à venir, tout le monde s’en tamponne‘).

Sur ‘Néopause‘, on retrouve des cris saccadés et stridents rappelant le Pleymo de l’époque ‘Keçkisspasse‘ (‘K-Ra‘). Dans cette chanson, Feeva nous propose des textes assez délirants, 100% second degré. Iom y dénonce les règles auto-proclamées du métal : impossible en effet selon lui de réussir dans ce milieu sans se plier à ces règles immuables.

La voix du chanteur principal (Iom) est assez grave et rauque, et on est souvent impressionné par la puissance féline qui se dégage de ses parties criées. Sa complémentarité avec celle de Chris est évidente sur ‘Aveef‘ ; à l’écoute de cette chanson, notre attention est immédiatement attirée par le ton bien décalé des premières strophes, malgré la gravité du thème abordé (folie, suicide et schizophrénie). La section rythmique est en pleine démonstration sur le break, avec de nombreux roulements de batterie, et une basse particulièrement vrombissante. Et que dire du riff de guitare tellement thrash à la fin de ce morceau, si ce n’est qu’il fait encore monter l’intensité d’un cran ! Des prouesses, Pek en réalise d’autres à la fin du dernier titre, ‘A Prendre Ou A Laisser‘ : après quelques notes particulièrement heavy, la guitare monte peu à peu en puissance avant l’explosion finale de Iom.

La prod’ de Chris Pulon, bien que brute au niveau de la distorsion des guitares, est tout à fait correcte, avec une belle présence de la basse, c qui est plutôt rare de nos jours… Cette démo 4 titres plaira donc à tous les amateurs de néo-métal à tendance hardcore. On pourra juste regretter une légère linéarité d’un morceau à l’autre. Malheureusement pour le groupe, on vient en outre d’apprendre le départ de Iom, le chanteur du groupe à la voix si puissante. Feeva envisage pour l’instant de continuer à 4. Souhaitons-leur bonne chance !