Deux ans après un split qui fit beaucoup de bruit, Megadeth nous revient, tel un phoenix sorti des flammes de l’enfer. A cette occasion, Dave Mustaine s’est entouré de 3 musiciens de session : Vinnie Colaiuta à la batterie, Jimmy Sloas à la basse et surtout Chris Poland au lead guitar ! Et oui, l’ancien comparse de Dave Mustaine est enfin de retour dans le groupe, après 16 ans d’absence ! Pour ce DERNIER album à la pochette très politisée où l’on aperçoit toute l’administration Bush, Dave a pioché dans les archives de Megadeth où se terraient quelques 150 idées de morceaux… ‘The System Has Failed‘ regroupe les 12 titres les plus intéressants, et le résultat ne ternit aucunement l’image du groupe. Au contraire, c’est un album qui en ravira plus d’un !

Déjà, avant d’entrer plus dans le détail, autant dire clairement les choses : ‘The System Has Failed‘ n’est pas un album 100% thrash, et en cela il ne constitue pas une suite à ‘Rust In Peace‘ ou à ‘Peace Sells… But Who’s Buying ?‘. Le tempo n’est en général pas très rapide, un peu comme sur ‘The World Needs a Hero‘, mais on retrouve tout de même des éléments qui plairont aux premiers fans du groupe : en effet, les soli sont monstrueux de rapidité et de précision, Dave et Chris s’étant livré un véritable combat de coqs à la 6 cordes ! On n’avait pas entendu une telle virtuosité au lead guitar depuis près de 15 ans… Niveau riffs et ambiance générale du CD, on se rapproche beaucoup plus de ‘Youthanasia‘, voire de ‘Countdown to Extinction‘. L’épisode ‘Risk‘ est oublié pour de bon, et personne ne s’en plaindra.

Même si cet album est dans l’ensemble plutôt posé, 2 titres particulièrement violents sortent du lot en nous remémorant le Megadeth des débuts 80. ‘Blackmail The Universe‘, qui avait déjà été jouée en Corée fin 2000, est un morceau rapide et puissant, aux fréquents changements de rythme. Chris et Dave shreddent à toute allure, en harmonie avec la batterie survoltée de Vinnie Colaiuta. ‘Kick The Chair‘, avec sa succession de soli plus fous les uns que les autres, est quant à lui le digne héritier de ‘Take No Prisoners‘… Mêmes riffs hachés, même batterie surpuissante : les fans en rêvaient, Megadeth l’a fait.

The Scorpion‘, avec sa mélodie entêtante sortie tout droit d’un film d’horreur, constitue l’un des moments forts du CD. Son riff principal ressemble certes comme deux gouttes d’eau à celui de ‘Train of Consequences‘, mais le morceau possède tout de même suffisamment de personnalité pour ne pas tomber dans la redite. ‘Tears In A Vial‘ rend de son côté un bel hommage à la NWOBHM, avec des galops de guitare et un solo dignes d’Iron Maiden. Un morceau emprunt de mélancolie où Dave explique avec honnêteté combien il fut difficile de mettre fin à Megadeth en 2002. ‘Back In The Day‘ joue quant à elle sur le côté nostalgique de la Bay Area : Dave raconte son expérience au sein d’un groupe de thrash à la fin des années 80. Ce morceau rapide et technique semble tout droit sorti des sessions de ‘Peace Sells… But Who’s Buying ?‘, avec une succession de soli à couper le souffle et un final où la batterie surpuissante de Vinnie Colaiuta fait mouche. Un futur classique.

Something I’m Not‘ résume à elle seule les différentes phases de Megadeth : après un riff introductif ultra-heavy digne d’un ‘Youthanasia‘, le morceau s’emballe et part à nouveau lorgner du coté de ‘Peace Sells… But Who’s Buying ?‘. Chris Poland fait un véritable festival, avec une multitude de gimmicks dignes d’Angus Young (AC/DC) ! On pourrait presque dire la même chose de ‘Truth Be Told‘ : après un début très ‘balladesque’, le morceau change nettement de style pour retrouver le thrash speedé d’antan… Même ‘Die Dead Enough‘, initialement prévue pour la B.O. de Tomb Raider 2, est une réussite : le refrain est ultra catchy, Chris Poland se lâche au lead et Vinnie Colaiuta martèle ses caisses comme une brute acharnée. Bref, ce single relève nettement le niveau après les ratages successifs que furent ‘Moto Psycho‘ et ‘Crush’em‘.

Sur ‘The World Needs a Hero‘, beaucoup s’étaient plaints de la présence de voix sur les soli. Et bien cela n’a pas découragé notre grand rouquin puisque cette caractéristique assez horripilante est encore largement mise en avant sur ce disque (‘Blackmail The Universe‘, ‘The Scorpion‘, ‘Shadow of Deth‘). Par contre, au rayon des bonnes nouvelles, sachez que Dave Mustaine n’a jamais aussi bien chanté : non seulement, sa voix est devenue presque agréable à écouter, mais le gaillard se permet même d’entonner choeurs de toute beauté sur ‘Back In The Day‘ (‘Haaaaa Woooo Ho Hohoo‘), ‘Tears In A Vial‘ et ‘Of Mice and Men‘. Qui plus est les paroles sont toujours aussi acides et virulentes : Dave s’en prend tout à tour à la justice (‘Kick The Chair‘), au gouvernement (‘Blackmail The Universe‘) et surtout à Lars Ulrich de Metallica (‘Something I’m Not‘) : le petit Danois en prend plein son grade, suite à la fameuse affaire Some Kind of MonsterMetallica avait utilisé des images de Mustaine malgré le refus de ce dernier. Un véritable régal à lire (extraits : ‘You compromised your style… You didn’t ever make metal, but metal made you… We all laughed at the parody that you’ve become‘).

The System Has Failed‘ est donc plus qu’une bonne surprise, surtout pour un groupe qu’on disait définitivement mort et enterré. Dave Mustaine, en plus de son éternel talent de compositeur, a retrouvé toute son habileté à la guitare, et hormis les 2 derniers morceaux bien fades, on prend son pied pendant plus de 40 minutes. Plus varié que ‘The World Needs a Hero‘, cet album comblera aussi bien les fans de la période thrash (pour les soli) que ceux de la période heavy (pour les riffs et les mélodies). ‘The System Has Failed‘ résume à lui tout seul l’intégralité de la carrière de Megadeth. Le seul problème de ce CD est qu’il ne propose presque rien de neuf : Mustaine ne fait qu’utiliser de vieilles recettes sans chercher à apporter de nouveaux éléments à l’édifice Megadeth. On peut également regretter l’absence d’un très gros tube, comme c’était le cas sur les précédents albums. Ici, tout est bon, mais aucun morceau exceptionnel ne se dégage réellement du lot. Cela dit, toute personne ayant un jour apprécié Megadeth se réjouira de la sortie de ce CD, donc je vais arrêter de faire le difficile. En effet, le système a peut-être échoué, mais pas Megadeth.