Attendu par la communauté Emo/Punk/HxC/Metal comme d’autres attendent le Sauveur, le nouveau Converge est enfin disponible. Trois ans. Trois ans que l’on ne cesse de s’écouter ‘Jane Doe‘, chef d’oeuvre de musique dite saturée, ouvrage accompli en son genre. ‘Jane Doe‘ ou la notion de baume au coeur poussée à son paroxysme, où pour avoir moins mal, il faut se faire violence. Jamais un groupe n’avait réussi à forcer aussi violemment l’auditeur à être porté à l’introspection, à analyser ses propres états d’âme. Le challenge était donc osé de la part du groupe de faire aussi bien, sinon mieux. Mais ce serait mal connaître Converge, désormais sur Epitaph, que de les en croire incapables.

Last Light‘, première merveille de l’album, nous le confirme déjà au bout d’une minute. Rarement le groupe n’aura sonné autant screamo dans sa manière de jouer un titre, tout en nuances, la tension ne s’immisçant qu’au fil des arpèges s’égrenant de la six-cordes magistralement domptée par Kurt Ballou. Ce sont d’ailleurs bien les 4 bostoniens qui nous étalent leurs talents respectifs de musiciens tout au long de ‘You Fail Me‘, notamment Ben Koller qui se place définitivement parmi les tous meilleurs batteurs de la planète (‘Eagles Become Vultures‘, ‘Hanging Moon‘).

Pour le reste de l’album, hormis ‘In Her Shadow‘, OVNI électro-acoustique langoureux – presque atmosphérique à la Neurosis voire Mogwai – qui vient vous lécher le cérumen au fond des oreilles, on a le droit à des morceaux de la trempe de ‘Jane Doe‘ (‘Black Cloud‘, ‘Death King‘) qui, s’ils y perdent en spontanéité, y gagnent en mélodies et offrent à ‘You Fail Me‘ une plus grande linéarité, même si tout cela reste relatif – on parle de Converge là… Les textes de Jake Bannon et la manière dont il les éructe sont toujours aussi tranchants, guitare et basse plus voraces et torturées que jamais (‘You Fail Me‘), la production de Kurt Ballou reste à la fois puissante et malsaine comme à l’accoutumée. Subsiste donc bel et bien à l’écoute de ‘You Fail Me‘ ce caractère malsain mais terriblement bon que Converge insémine en nous.

Une évolution en conséquence assez minime par rapport à l’album précédent, fait rare chez Converge; mais loin de rester sur notre faim, on est même plutôt contents d’en reprendre une louche. Parce que voilà : si ‘Jane Doe‘ mérite un barème spécial (6 étoiles sur 5), ‘You Fail Me‘ est un très très bon album qu’un paquet de groupes de Fashioncore vont tenter en vain d’imiter en se cassant les dents. C’est comme ça avec Converge : chaque nouvel album, depuis 1998 et la sortie de ‘When Forever Comes Crashing‘, c’est en quelque sorte pour remettre la barre à niveau, celui que seule une poignée de groupe arrivent à atteindre (notamment The Dillinger Escape Plan encore dernièrement). Le Sauveur, d’une certaine manière.