Enfermés dans une chambre avec un PC, une table de mixage, des influences allant de Pitchshifter aux Deftones en passant par Amon Tobin et surtout de bonnes idées dans la tête, on ne peut qu’en sortir quelque chose de bien. Et c’est ce qu’Axel (à la basse) et Greg (batterie ET gratt’), privé de optes musiciens à portée de main (il faut croire que sa chambre était trop petite pour plus d’une personne), ont fait avec son première démo ‘Changes‘ sous le nom de Radius System.

Que les choses soient claires : sorti sous la houlette d’une grosse major, on qualifierait la prod’ comme étant à chier. Mais là n’est qu’une question de logistique puisque ce n’est absolument pas le cas pour un petit groupe comme Radius System car ce one-man show musical pâlie avec autre chose : des mélodies rigoureusement élaborées, passant efficacement de périodes lentes à d’autres plus énervées. La guitare sature tout en grimpant vers les aigus, à grand renforts de samples typiques de justement Pitchshifter. En enrobant le tout avec des rythmes baignant dans une soupe électro / métal /trip-hop / jungle, on ne peut que saluer l’effort et l’originalité. On a envie de tripper sur l’envoûtante ‘Neptune‘, de pogoter comme un dingue sur ‘Changes‘ où les cordes vocales saignent sur un rythme effréné et des breaks lourds. Et si cet album s’appelle ‘Changes‘, c’est peut-être aussi parce que les guitares rappellent parfois celles de Deftones : même puissance, même lyrisme.

Et là où System Radius surprend, c’est avec ses pistes électro comme ‘Transfert Area‘, résultat de manipulations génétiques qu’engendreraient le nourrisson de Pitchshifter et d’Amon Tobin. Ou encore ‘Rest Area‘ qui n’aurait pas de mal à se faire une place à côté d’un Aphex Twin apaisé et un Roni Size en plein trip d’extasie. Et rien que pour ça, parce que Radius System nous drogue sans aucun risque, ‘Changes‘ devrait être déclaré d’intérêt publique.

Mais, car il y a toujours un mais, on regrette que le chant ne soit pas aussi présent qu’il aurait du l’être, aussi puissant qu’il aurait pu l’être. Heureusement, ce défaut n’en est pas vraiment un puisqu’il s’agit surtout là encore une fois -et sûrement- d’un manque de matos. Et là, tous ensemble, on se dit qu’il à intérêt à sortir un disque avec les moyens que Radius System mériterait d’avoir, parce que sinon, ça va barder. Et puis en plus, Greg fait des blagues marrantes, que demande le peuple ?