Nada Surf est un groupe génial. Voilà, c’est dit. Il possède ce génie dans leur genre, ce génie qui apparaît criant de vérité dans le nouvel album du groupe américain, ‘The Weight Is A Gift‘. Ça a l’air tellement facile de composer de telles chansons. Il n’en n’est rien pourtant, il n’y a qu’a regarder les groupes sans talent qui s’essaient à l’exercice sans succès autre que médiatique. D’ailleurs, le succès médiatique qu’ils avaient connus avec ‘Popular‘ est bien digéré, et le groupe a su à merveille passer du statut de rockstars à celui de groupe pop. Boudé dans son pays, justement à cause de cette orientation, Nada Surf n’en demeure pas moins le meilleur de sa catégorie et de sa génération.

Autant le dire tout de suite, l’album ne fait pas de chichis. On entre dans le vif du sujet avec ‘Concrete Bed‘. Un titre bref, qui va droit au but, et qui montre un Nada Surf direct et franc avec son auditoire. Le groupe affiche une énergie que l’on retrouve sur ‘Blankest Year‘, ‘In The Mirror‘, ou encore l’excellent et très rock ‘Imaginary Friends‘. Les américains réussissent en quelque sorte l’album parfait du genre : Un mélange de tubes pop-rock, de morceaux plus orientés Rock, et de ballades à s’écouter en amoureux : ‘Comes A Time‘ ou ‘All Is A Game‘, le tout sans jamais se répéter et plonger l’auditeur dans l’ennui.

Nada Surf était attendu au tournant, comme tout grand groupe qui se respecte, et force est de constater que les franco-américains, Américains d’origine mais Français d’adoption, parviennent toujours à signer des chansons entraînantes et souvent légères. Loin des considérations commerciales exigées par le genre, avec un engagement politique et un message clair à l’encontre de son président, avec une énergie énorme et communicative, et avec leur sympathie bien connue, Nada Surf signe bien l’album de la rentrée (allez, n’ayons pas peur des mots !) et affiche clairement une forme qui laisse présager une belle perspective d’avenir.