Certes, cette chronique est tardive mais elle vaut la peine pour ce qui constitue un album phare de l’année 2005. Pourquoi ? Parce que cela fait 6 ans que Nine Inch Nails n’avait pas sorti un album studio, personnage doué et torturé, Trent Reznor nous livrait enfin ce CD tant attendu en Mai dernier.
Reznor a pris le temps de sortir ce nouvel opus car que l’on ne s’y trompe pas, Nine Inch Nails est Trent Reznor. Alors quand le créateur du rock indus part en désintox après la tournée mondiale de The Fragile (qui donna le CD et le DVD ‘And All That Could Have Been‘), on ne pouvait qu’espérer un retour rapide pour un autre album de l’entité NIN forcément au point mort sans son maître.
Si comme moi, vous avez découvert son génie grâce au live sorti en 2002, vous ne serez probablement pas déçus par ‘With_teeth‘ tant celui-ci semble une bonne continuité. Car oui, au-delà des nombreux effets de distorsion, des sons de synthés dont Reznor a le secret (et dont on prend la pleine mesure avec la version Dolby Digital 5.1 de cet opus), c’est aussi un retour à un son plus basique, plus rock, la preuve ; il sera rejoint par Dave Grohl à la batterie, le temps d’enregistrer quelques morceaux permettant ainsi ce qu’avait promis Reznor, un retour aux instrus, façon ‘live’ et effectivement, ça s’entend ! Nous sommes loin de ‘The Downward Spiral‘ que le charismatique leader lui-même définissait plus comme une ‘bande-sonore’.

Alors que ‘The Fragile‘ avec toute sa complexité sonore se révélait difficile d’accès mais ô combien jouissif une fois digéré, ‘With_teeth‘ se révèle quant à lui plus abordable, à tort ? Personnellement, je ne pense pas. Mais oui, les fans de la toute première heure râleront sûrement en disant que NIN n’a plus ce son qu’on lui connaissait, mais comme tous les groupes, Reznor fait évoluer le sien et cet album constitue donc un retour sur le devant de la scène avec un son plus ‘simple’, plus direct, plus rock qu’industriel à proprement parler. Variant ainsi pas mal le son de son nouveau bébé, Reznor en profite pour nous montrer une fois de plus l’étendue de son talent de songwriter et de chanteur, modulant sa voix de bien des manières, la maitrise vocale et technique de l’homme est ici totale !
Il n’hésite donc pas à passer d’un titre à la limite du gospel ‘All The Love In The World‘ au chant façon spoken word sur le titre ‘Only‘, il prouve aussi sur le titre ‘The Hand That Feeds‘ qu’il n’a rien perdu de sa verve en dénonçant le gouvernement Bush à l’aide d’un morceau aux relents pop évidents. Un album qui fait donc passer l’auditeur par de nombreuses phases dont le maître a le secret. Ainsi, l’album alterne entre titres planants façon ‘Right Where It Belongs‘ (assez typiques du groupe je trouve) à des titres plus mordants tels que ‘The Collector‘ ou ‘Getting Smaller‘, d’ailleurs, chaque morceau à consonnance rock est généralement appuyé aux percussions par Dave Grohl. L’ambiance général de ‘With_teeth‘ n’a donc plus rien à voir avec le malaise dégagé par les précédents albums de Reznor, néanmoins on retrouve toujours ce son NIN, même ‘aseptisé’ (diront les mauvaises langues), l’opus cache de véritables perles. Rapide retour en arrière, par exemple, si l’on évoque les morceaux ‘La Mer/The Great below‘ par association à l’écoute de ‘Beside You In Time‘ et sa longue montée en puissance à la limite du trip auditif, cela n’aura vraiment rien d’étonnant. Autre exemple, le titre ‘With teeth‘, morceau torturé sur lequel, l’artiste fait peser de sa voix une atmosphère lourde, répétitive à la limite du mécanique mais aussi de l’organique. Morceau qui reprend sa respiration avec un solo à la fois calme et léger accompagné de touches de piano ; accalmie digne d’un ‘Hurt‘ à vrai dire.
Et même si Reznor pourrait sembler appaiser quant à ses démons intérieurs, on se rend compte qu’il n’en est rien avec les paroles du titre ‘Everyday Is Exactly The Same‘. Alors oui, cet album est différent de ce qui a déjà été fait par le roi de l’indus mais s’il prend, à priori, une nouvelle direction, ce n’est que pour mieux explorer des voies déjà abordées sur de précédents albums pour un résultat plus spontané et semble-t-il prédestiné au live (encore merci Dave) !

Si je n’avais qu’un conseil, ce serait de vous lancer dans l’aventure Nine Inch Nails avec cet album car de nombreux aspects de ce groupe légendaire sont en effet représentés sur cet album. ‘With_teeth‘ me semble donc être un bon compromis entre accessibilité et son caractéristique du groupe car le tout est toujours auréolé de guitares saturées, d’effets de distorsion, de sons électros ainsi que de piano qui font que NIN est NIN. Extrêmement varié, l’album pourrait constituer une sorte de bilan de compétences du maître tant il surprend son monde et n’est, qu’à ce titre, fortement recommandable.