Radius System, c’est l’histoire de deux jeunes hommes enfermés chez eux, autoproduisant toutes leurs créations musicales depuis 2002, animés d’une passion dévorante. Je ne m’étalerai donc même pas sur le fait que ce jeune combo parisien nous propose déjà sa troisième galette, ni plus, ni moins ! Une rapidité d’exécution qui ne laisse malgré tout rien au hasard, les musiciens le reconnaissant eux-mêmes dans la présentation de cet album fait avec ‘une ambition débordante et un perfectionnisme obsessionnel’.

Au-delà de l’amateurisme apparent et tout particulièrement trompeur, on s’aperçoit après une rapide écoute de leurs titres mis à disposition sur leur site [url=http://myspace.com/radiussystem]Myspace[url] par exemple que le combo dépasse ce simple statut. Pourquoi me direz-vous et bien tout simplement parce que leur son est dantesque ! On se rend bien vite compte avec l’album complet que Gegory Hoepffner et Alex Dallou sont de véritables ‘chercheurs de son’. Les pistes sont très fouillées et semblent être le résultat de la fusion de nombreux styles et groupes, oscillant entre le métal, le hardcore, le post-rock et l’electro ! Les morceaux sont parfois rageurs, parfois mélancoliques, pessimistes mais surtout enlevés. On a beau avoir un gros son, Radius System est la preuve que ça n’empêche pas de proposer un son planant. Difficile de croire que cet album entièrement auto-produit et déjà troisième album n’ait pas attiré quelque oreille professionnelle tant leur travail est minutieux.
Impossible de ne pas s’en rendre compte tant les deux compères ont su insuffler une personnalité toute particulière à cet opus bercé d’influences à la Refused, Cave-In et même Deftones (je pense aux titres Comalys et son break ou encore Push The Square). C’est fouillé, très fouillé même et c’est ce qui rend si particulières l’ambiance et l’aura de cet album, difficile de ne pas ressentir tout le mal-être qui semble animé ces compositions. Les titres de l’album semblant attester eux-mêmes de ce fait : Alone Or Pretending, Washed Out, Taste Of Unfinished et même Work In Progress, des titres qui sonnent comme une quête perpétuelle sur laquelle travailleraient nos deux musiciens. Si j’extrapolais un peu cette oeuvre, je dirais que Work In Progress sonne comme une oeuvre très personnelle, vécue comme le fruit d’une brutale désillusion berçant bien souvent notre passage de l’âge adolescent à l’âge adulte et ses responsabilités, ses perpétuelles désillusions.
Néanmoins, les morceaux s’enchaînent à grande vitesse puisque l’écoute se fait avec plaisir, le groupe étant capable d’alterner entre moments rageurs et moments plus ‘calmes’. Seul reproche à faire selon moi ; le mastering même de l’album, difficile de ne pas penser que la voix manque parfois de volume tant elle semble étouffée par les instruments à certains moments.
Cela dit, grande classe, les membres de Radius System sont aussi généreux que leur musique car ils se permettent le luxe de proposer aux amateurs, une plage multimédia, que les groupes signés ne daignent pas toujours inclure sur leurs propres galettes. Ainsi, vous aurez tout le plaisir de retrouver les paroles de l’album avec des explications (une sorte de commentaire du réalisateur), fait suffisamment rare pour être souligné, des vidéos et photos live (pour lesquels ils sont bien évidemment rejoints par deux autres musiciens; Marion et Jeremy), le clip du titre Visions Collapse et même des titres bonus. Nous voilà gâtés avec un bien bon album bourré de goodies donc. J’en profite aussi pour souligner tout le soin apporté à la recherche visuelle à laquelle se plie le groupe pour chaque album et ce souci permanent de satisfaire l’acheteur/auditeur avec des bonus assez intéressants.

Non, franchement, je ne vois pas pourquoi vous devriez passer à côté de jeune combo qui mérite tout le soutien possible. N’hésitez surtout pas à jeter une oreille sur leurs différents sites et à vous procurer cet album décidément très accrocheur car Work In Progress a tout d’un véritable album tant cette prétendue démo (puisque non signée par un label) est aboutie. On peut véritablement se demander ce que donnerait ces jeunes talents si on leur donnait les moyens d’un enregistrement pro vu la manière dont ils savent mettre en valeur leurs compositions actuelles. Á suivre en tout cas…