Ahhh Enter Shikari. Par où commencer ? Par le côté ah mais comment c’est facile de mixer de la trance avec du métal comme ça … Ouais, ok, seulement moi ça me dérange pas plus que ça dans la mesure où je connais pas trop de groupes dans le même genre, à savoir avec des rythmiques Emocore, un chant souvent orienté Screamo et des samples technoïdes derrières. Dieu que c’est bon ! prolifiques, ils avaient déjà sortis 3 Eps avant cet album. Ceux qui les avaient entendus ne seront pas dépaysés puisque certains morceaux présents dessus se retrouvent sur Take To The Skies. L’intro plante le décors. Electro sombre, on croirait presque l’intro d’un nouvel album d’AFI.

Puis, claque. L’instru se combine et se mue en ‘Enter Shikari’, premier morceau du cd. Sample electro hypnothique, montée des voix avant le refrain, et explosion Punk Rock, sur chant screamo. Enorme. Suivent ‘Mothership’ qui maintient cette pression violente et sombre, puis ‘Anything Can Happen In The Next Half Hour, un des deux singles du groupe. Encore une fois, boucle synthétique en mode répétition, et orientation plus pop, ou en tout cas plus accessible aux télés et autres médias diffuseurs.

Le disque est entrecoupé d’Interludes. Quatre au total, auxquelles il faut rajouter l’intro, et l’Outreau, pour un total de 17 titres sur la pochettes. ‘Sorry You’re Not A Winner’, l’autre single, et son fameux ‘Clap clap clap’, rallume la mèche jusqu’à son break electro-calme, plutôt plaisant, où l’ami Rou partage le chant avec Chris. Le groupe est complètement hystérique en concert. Celà se ressent réellement une fois sur l’album. Jonny Sniper ressemble à tout sauf au reste de l’album. Tentative improbable de parodier ‘Van Halen’, ent out cas, c’est réussit, c’est complètement crétin ! dernier réel morceau de l’album, ‘Ok, Time For Plan B’ se charge en 5 minutes de dépoussiérer nos oreilles pour la dernière fois. Un refrain bien entrainant, qui entre bien dans le crâne, c’est tout bon, même si ça sonne forcément mou pour quiconque a eu la chance de les voir en concert.

Conseil donc, voyez les avant d’écouter, les a priori après les premieres écoutes a froid risquant de vous refroidir. Mais après les avoir vu, l’écoute de l’album devient vite indispensable, et, finalement, la seule réelle déception, est la non présence au Tracklisting de ‘The Feast’, qui était pourtant un des meilleurs morceau pré-Take To The Skies.