Toutes les personnes qui s’intéressaient de prêt ou de loin à Enter Shikari étaient d’accord (comme [team]Phoenix[/team] par [url=https://www.visual-music.org/chronique-740.htm]chez nous[url]), ‘The Feast‘, l’un des meilleurs titres du groupe -et surtout, le plus barré-, devait apparaître sur un LP car, mauvaise surprise, il n’était pas présent sur ‘Take To The Skies‘, le premier album du groupe, mais seulement en face-b du single ‘Sorry You’re Not a Winner‘. On pensait alors à une future parution dans un regroupement de b-sides et de raretés… Seulement voilà, cet objet, intitulé ‘The Zone‘, est arrivé 8 mois après la sortie du premier skeud (!), et même si le groupe a enchaîné les EPs avant de tenter l’album, une telle rapidité peut rendre votre chroniqueur méfiant. Voyons voir…

Premier acte du CD : ‘The Feast‘, comme par hasard ! Et là, première déception : le titre est toujours dans sa version démo. Cependant, on se délecte toujours autant de ce mélange explosif, une boucle electro-8bit sautillante sur fond de hardcore furieux et de choeurs punks, avant un gros break grindcore (oui, vous lisez bien, grindcore) alors que le tempo du loop s’alourdit, puis viennent des riffs métalliques avant de reprendre le thème principal pour finir sur des sonorités emo-punks. Le tout en 2 minutes 52 secondes. L’un des morceaux rock les plus excitants de ces dernières années, vraiment. Mais après, que reste-t-il ? Tour d’horizon. ‘Kickin Back on the Surface of Your Cheek‘ arrive, formule classsique chez Enter Shikari, pense-t-on. Rythme soutenu, mélodie efficace, choeurs très présents, claviers sortis de raves trances… jusqu’à un pont calme, très aérien, pour finir avec des riffs saccadés et les backvoices taillés pour les stades. On débouche alors sur un morceau très étonnant, ‘Keep it on Ice‘, dénué de guitares. L’ambiance y est trip-hop, les tonalités sont majeures. Bien joué, ça prend très bien. A noté que les deux derniers titres mentionnés étaient présents sur le single ‘Anything Can Happen in the Next Half Hour‘. Petite curiosité, le remix d”Adieu‘ par Routron5000, qui n’est autre que Rou (chant, claviers) quand il sévit en solo dans le domaine electro / jungle. Et pour le coup, c’est très ‘club’, taillé pour les dancefloors, vos amis amateurs de boîtes de nuit apprécieront, et peut-être toi aussi, lecteur, par la même occasion.

Outre les versions démos de ‘Mothership‘ et ‘Enter Shikari‘, inutiles et quasiment identiques aux versions studios de ‘Take to the Skies‘ (et oui, ils n’avaient sûrement rien d’autre pour la remplir cette pauvre galette) et un très dispensable ‘Sorry You’re Not a Winner‘ en performance dans l’émission Zane Lawe Session sur la BBC Radio, il nous reste ‘Acid Nation‘, face-b de l’insolite single ‘Jonny Sniper‘, assez banal, mixant emo et trance (si on considère qu’avec eux mélanger emo et trance, c’est normal).

Que penser de ‘The Zone‘ ? 4 b-sides, deux démos, un remix et un pseudo-live. C’est maigre. Très maigre. Enter Shikari aurait dû attendre pour sortir une compilation de la sorte, 8 mois après leur premier véritable effort studio, c’est donc un choix peu judicieux. Mais ce n’est pas une arnaque pour autant, seulement 4000 copies ont été pressées, et leur prix s’élève aux alentours de 5 euros. Collector pour les fans plutôt que coup commercial pour les kids. On va donc se contenter de ça en attendant le cap difficile du second album, on peut juste regretter que l’objet ait été mal exploité. Mais il y a de quoi rester stupéfait quant à l’extrême efficacité des b-sides présentes… C’est pour cela que pour ma part, la moyenne est atteinte. Allez, j’enfile ma tenue de tennisman laissant entrevoir ma virilité, mon bandeau kitsch, mes bagues fluorescentes, et je vais danser devant le reflet de ma fenêtre. En espérant entendre un jour ‘The Feast‘ dans sa version finale.