Après une première démo sortie en 99 et la parution d’un titre sur la très bonne compilation Sudcore, les 5 marseillais de Caedes sortent en ce début d’année 2003 leur premier maxi. Enregistré par Christian Carvin, Un mal pour un Bien offre à nos tympans un son vraiment excellent pour une auto-production. Caedes officie dans un metal-fusion très personnel qui n’a vraiment rien à envier à certaines grosses prod’.

Bien qu’instaurant une ambiance certaine, les bruits de porte qui couine et les cris de l’intro déjà vus et revus, reflète assez mal l’originalité du quintette.
L’apparition progressive des instruments sur Renais sont pour moi la véritable intro du CD. Le chant mélange parfaitement des couplets hip-hop à un refrain saccadé et hurlé. Les riffs sont tantôt incisifs, tantôt mélodiques et les 2 grattes sont très bien utilisées, se renvoyant sans cesse la balle. La Seule Solution s’enchaîne sans que l’on s’en aperçoive, et malgré les coups de double pédale très appuyés, l’ambiance reste apaisée par des riffs très mélodiques. Les arpèges de Made in Violence servent d’intro à la très entraînante Goldorak. Mention spéciale au double-chant très travaillé qui permet de diversifier le maxi. Le Fléau est quant à lui marqué par un chant mélodique très bien posé sur les couplets et une partie rythmique toujours aussi carré et accrocheuse. Belles et Brutes arrive crescendo à nos oreilles avec un double chant des plus efficaces et une présence des 2 grattes assez appuyée. Down with Chickens très rentre-dedans et très speed autant dans la rythmique que dans le flot des paroles précède une outro instrumentale assez longue qui nous montrent une dernière fois toutes les facettes du groupe.

L’enchaînement quasi-parfait des chansons et la particularité sonore de Caedes font que les 26minutes que durent ce maxi s’ingurgitent d’une seule traite. Caedes est un groupe très efficace qui maîtrise parfaitement son sujet et fait preuve d’une maturité certaine. A quand une venue sur Bordeaux pour nous montrer la reproduction live ?