Votre mot de passe vous sera envoyé.

2 dates : C’est l’importance que donne Lagwagon à la France. Il est vrai que deux dates cela peut parraître peu, mais en même temps, lorsqu’on y réfléchit bien, certains groupes n’en font qu’une, voir aucune…

C’est donc dans un Rockstore déjà à moitié remplit que débute la soirée avec l’ouverture du bal par le groupe français Minimum Serious. Formé de 4 membres, le groupe entame sa set list sans trop prendre le temps de mesurer la température de la salle. Le son est plutôt bon et les chansons facile à retenir s’enchaînent. Minimum Serious est un groupe Pop Punk assez basique et même si la set list est interprété d’une façon très convenable, on a du mal à accrocher. La salle n’est pas très captivé et les pogos inexistants et il faudra attendre la fin de leur prestation pour enfin voir la salle réagir sur deux morceaux plus Hardcore et la ballade du
batteur en jupe au milieu de la foule…

La lumière fait son retour et c’est partit pour les fatidiques 30 minutes où tout le monde se regarde le bout du nombril en attendant que les techniciens aient fini d’installer le matériel. La salle est enfin pleine et l’attente commence à se faire longue, surtout lorsque l’on apperçoit Jesse Buglione (basse) et Chris Flippin (guitare) qui s’échauffent sur le côté de la scène. Un dernier technicien pose les Heineken sur la scène quand celle-ci entre à nouveau dans l’obscurité pour le plus grands plaisirs des fans ayant fait, pour certains, un long voyage. C’est donc l’entrée de Lagwagon sur scène qui s’accompagne de longs cris (c’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de voir Lagwagon en concert).

C’est donc Joey Cape (chant) qui prend la parole et qui après avoir salué le public se faufile sous le bras de Chris Flippin en se saisissant du manche de sa guitare. Position très drôle donc pour débuter le show avec les premiers accords de “Alien 8“. Tout de suite, la différence d’ambiance avec Minimum Serious se fait ressentir et on ne tarde pas à voir les premiers gros pogos. Le son est plutôt bon mais on regrettera l’état physique et mental de Joey qui gache quelque peu sa voix… Chris Flippin est lui aussi sérieusement attaqué mais le bougre (il doit mesurer au moins 2.10 m ce type !!!) arrive encore à tenir debout Les morceaux comme “Making Friends“, “Violin” ou encore “Razor Burn” s’enchainent et la salle est désormais bien chauffée à bloc. On appreciera la diversité de la set list qui mélange des morceaux de TOUS les albums de Lagwagon (même Duh !) et qui n’a pas eu la désagréable tâche de déplaire aux fans de la première heure. Le concert s’achève donc sur des morceaux mythiques tels que “Brown Eyed Girl” (reprise de Van Morisson) ou encore “Inspector Gadget“.

Après avoir joué environ 1h15, il est temps pour Lagwagon de nous dire au revoir. On retiendra donc de ce concert une très bonne ambiance sans aucuns incidents, une excellente set list et enfin, un groupe sympa avec son public ! Seul point noir au tableau : Lagwagon a vraiment du mal à jouer correctement certains morceaux comme par exemple “Making Friends” ou encore “Brown Eyed Girl“.