Souvenons-nous des belles années du néo-Metal. Impossible d’oublier, tout le monde en écoutait, les compilations s’enchainaient, Korn remplissait Bercy au lieu d’essayer d’investir le Bataclan. Certains kids écoutaient encore Papa Roach sans en avoir honte tandis que MCM passait des clips du genre entre deux épisodes de Hartley Coeur à Vif.
Aujourd’hui, c’est le Metal Core / Post Hardcore qui s’invite dans les Ipods et les labels se dépêchent de signer tout ce qui arrive d’à peu près potable en espérant l’arrivée d’un buzz myspace. Forcément, tous les groupes n’ont pas le même niveau mais les structures se ressemblent toujours très fortement. Vanna fait-il partie de ces groupes à jeter ? Pas nécessairement.

Let’s Have an Earthquake, en guise d’ouverture, introduit bien ce que propose cet album. Un cri de bonne qualité (sans pour autant avoir un grain particulier), des guitares propres et une double pédale de façon à enchainer les breakdowns. Se poursuivent 42 minutes dans la même veine, le chant clair ne tarde pas à faire son apparition, et quelques titres offrent des guitares légèrement plus travaillées (Trashmouth). Certains refrains restent aisément en tête (Into Hell’s Mouth We March) alors que des chansons peuvent espérer être de réels hymnes à moshpart (Sleepwalker) mais le style trouve bien trop souvent ses limites posées par l’alternance des voix.

Le problème – s’il en est un – est le cruel manque de nouveauté. On n’atteint ni la complexité sonore des derniers Underoath ni la classe d’A Day To Remember. Vanna fait un mix de tout ces groupes et ne peut donc supposer apporter autre chose que combler quelques semaines entre deux grosses sorties. Après un EP et un premier album, force est de constater que c’est bien dans ce créneau qu’essaye de trouver sa place la bande d’américains.

On l’aura compris, ce second album est dépourvu de surprise mais n’est pas pour autant mauvais, il est simplement et excessivement classique. Il se destine aux fans de cette nouvelle vague, en l’attente du nouveau Alexisonfire par exemple ?