Les cheerleaders ne sont pas toutes vaginalement exploitables. La preuve, dans le sud de la France, on en a quatre qui ont des poils, qui ont des phallus et qui font de la musique plutôt teigneuse. Et qui ne se trimballent pas avec des pompons, ‘parait que ce n’est pas très pratique pour faire de la musique.

Punk mélodique et hardcore relativement old-school sont au programme de ‘Screaming For Freedom‘, le premier EP de The Cheerleaders. Sortes de petits frères des Comeback Kid et autres The Bronx, les jeunes provençaux envoient du bois pour leur premier effort studio, bénéficiant d’un son acceptable qu’on imagine bonifié par le grand, le puissant, l’éminent Alan Douches (Converge, Hatebreed, Sepultura, Headcharger, Fatboy Slim…). Les manches assurent les riffs (souvent assassins, comme sur ‘What I Am‘), accompagnés d’une batterie frénétique fidèle au genre -tout comme quelques choeurs bien appuyés- et d’un chant ultra-écorché, qui gagnerait à être légèrement plus couillu. Mais la jeunesse pardonne tout.

Un peu moins excitants mais beaucoup plus excités qu’Hayden Panettiere, les mecs de The Cheerleaders débarquent sur la scène punk-hardcore française avec fracas, en proposant un rendu plus aride, mais aussi plus ricains que les productions de la référence française du genre, la Guerilla Asso. Et ce n’est pas forcément un mal.