Si le premier album de The Flatliners avait impressionné son petit monde, leur second effort ‘The Great Awake‘ a mis une grande claque à toute la scène punk rock. Non seulement on tenait un héritier crédible au feux Suicide Machine, mais surtout on découvrait un album qui enterrait définitivement tout le mouvement pop punk, il est vrai en décrépitude depuis quelques années. Exit les plans pop mielleux, au revoir la rebel attitude markété. Place à la zik qui tâche, bordel.

Pour nous faire patienter jusqu’à leur prochain album, les canadiens distillent quelques EP? Parlons du dernier né, ‘Cynics‘. 3 titres courts, intenses où on reconnait immédiatement le style caractéristique du groupe. Chris Cresswell montre ses envies de chant clair sur un ‘Filthy habits‘ qui harange l’auditeur, relançant constamment la machine, à la manière de l’excellent ‘Meanwhile in Hell‘ sur leur dernier LP. Si ‘This song is like a thunder and lightning in a open field‘ (ouf) nous laisse sur notre faim, ‘407’ rattrape joliment le coup. Les canadiens semblent affectionner les compositions patchwork, comme ‘KHTDR‘ ou ‘Run like hell‘ sur leur split avec the Snips. ‘407‘, c’est du jump up, de légères touches reggae, un refrain digne de NOFX, un peu de ska, du mélodique et de la hargne, le tout en 3 minutes. Si The Flatliners ont voulu nous faire bander pour leur prochain album, ils ont réussi leur coup.