Mathieu Artu nous avait laissé l’année dernière avec la forte dose d’émotions que procurait Monolithes En Mouvements. Intimiste, touchant, l’album était beau, accessible, et le plaisir immédiat. Pour montrer que je ne suis en aucun cas corrompu malgré cette intro trop élogieuse, commençons par critiquer le nouvel opus : RQTN revient, modernisé.

Modernisé ?! Impossible ! Hérésie ! RQTN sans son piano acoustique, ce n’est plus RQTN ! Bien sûr, il y avait dans Monolithes En Mouvements quelques effets par-ci par-là, quelques bruits ajoutés au dessus de la mélodie pour brouiller les pistes, mais la base de RQTN était bien le piano, au son pur et perçant. Alors oui, cette modernisation de RQTN dans Decades And Decisions déroute. On a droit à du synthé très 80’s et du beat de la même époque. On se retrouve avec des choses nouvelles, parfois cocasses. Oui, cocasses : drôles et étonnantes. C’est le cas sur ‘A Dawn To Remember‘ : intro pataude, en décalage avec la tonalité du morceau, puis envolée électro sortie d’une autre époque. Mathieu Artu fait ici preuve de beaucoup d’imagination pour dénicher des sons originaux, que personne n’oserait utiliser aujourd’hui.

Oui mais non, on n’en veut pas de tout ça, ce qu’on cherche avec RQTN, c’est de l’émotion, pas du son électro bon marché diront les fans de Monolithes En Mouvements. Certes, mais ne nous engageons pas de suite vers des conclusions hâtives. RQTN est modernisé. Pas changé. Tout ce qui faisait son charme est encore là, simplement masqué derrière l’apparence électro. Comme une jolie fille trop et mal maquillée, la première approche rebute un peu. Mais au fil des écoutes, le démaquillage opère et on distingue à nouveau les moments magiques que Mathieu parvient à créer : ces envolées démentielles au piano, qu’il soit acoustique ou électro, qui font toute la force de RQTN (‘A Shelter For Lovers‘). Elle se maquille par timidité mais elle est bien là, séduisante et ravissante. Le coeur de RQTN est toujours présent, on peut être rassuré (‘A Block In Town‘). Les tonalités électroniques rétro-futuristes ajoutent en réalité à l’atmosphère décalée et originale que Mathieu retranscrit, univers rétro-futuriste inscrit dans le présent (tournure facile, mais vraie). D’ailleurs, rétro-futuriste est certainement le meilleur adjectif pour décrire Decades And Decisions : un piano et quelques éléments symphoniques, accompagnés de beats et de sons dignes d’un film de science fiction des années 70/80, en beaucoup moins mou (non, je ne citerai pas Blade Runner). Mélange déroutant au premier abord, mais charmeur par la suite. Voire même saisissant lorsqu’écouté au bon moment.

L’indépendance de RQTN donne à Mathieu Artu le luxe de pouvoir faire évoluer son projet là où il le souhaite. Il perdra certainement du monde sur la route, mais avoir l’audace de le faire est quelque chose qui se doit d’être salué. Decades And Decisions bouscule ainsi les idées que l’on avait de RQTN, mais permet de dynamiser l’ensemble et d’éviter au projet de s’enliser dans des codes et des habitudes. Bienvenue dans le RQTN 2.0