Uncommonmenfrommars a beau être l’un des groupes les plus cools du monde, force est de constater qu’ils sont sur une pente descendante. Les années passent sans que les neo Lyonnais n’aient pu nous proposer une livraison digne de ce nom ; pire, leur musique semble s’édulcorer et tourner méchamment en rond au fur des albums. Du coup, lorsque que ‘I hate my band‘ se pointe avec un argumentaire plein de « Ce nouvel opus est le plus punk du groupe » et autres « C’est une réaction à toute leur discographie », on se méfie et on se prépare à dezinguer le bla bla de studio avec l’intransigeance qui nous caractérise.

Et bien cette fameuse intransigeance, on peut se la foutre au cul. On n’a jamais connu les Unco aussi aggressifs. L’introductif ‘Hit list‘ donne le ton d’un album qui laisse peu de place aux fioritures. ‘Warm crew‘ et ses choeurs sur puissants, ‘I hate my band‘ ou l’a rock’n roll ‘Shit day‘ parachèvent d’emballer les indécis en 2 minutes douche comprise. Les sonorités pop de ‘Functional Dysfunctionnality‘ semblent loin.

Bien entendu, on retrouve également des titres au tempo plus lent comme Unco en a composé des wagons. Même ces morceaux semblent animés d’une vigueur inespérée. On ne sait si c’est le son, l’interprétation, le fait de n’avoir retenu que l’essentiel des mélodies… en tout cas, c’est efficace ! ‘Moving on‘ et son coté Beastie Boys, ‘It’s a small price to pay‘ passent nickel. Mention spéciale pour ‘My girlfriend ate the dog‘, punk mélodique totalement idyllique.

Alors oui, la fin de l’album baisse de régîme, mais on ne peut qu’applaudir les Uncommonmenfrommars pour nous avoir offert leur meilleur album depuis ‘Vote For Me‘. Yep, rien que ça. Ça pourrait n’être qu’un feu de paille, un chant du cygne ou au contraire un nouveau départ. Qu’importe, profitons de ce ‘I hate my band‘ et célébrons le comme il se doit.