[url=https://www.visual-music.org/chronique-1534.htm]Nox déclarait[url] il y a peu que le style indie était mort (à vrai dire il est mort-né, tant le terme veut tout et rien dire à la fois), je pense qu’il n’avait pas jeté une oreille du côté de Reims et de nos joyeux lurons de The Bewitched Hands, amputé du In the Top of Our Heads.

Même si l’on flirte plus avec le rock que le côté troubadour hippie, on retrouve cet aspect pastoral, mélodique et spontané qui a fondé les bases de ce pseudo-mouvement. Des choeurs recouverts de coulis framboise, un chant légèrement nasillard et une naïveté exacerbée : l’attirail parfait du petit groupe indie gentillet qui joue en toge dans des champs de coquelicots. Mais là où ils vont plus loin sur ce second album, c’est sur la cohérence générale de l’album, pas étouffé par un surplus de mélodies comme c’était le cas du précédent. Les chansons se suivent et se savourent une par une, avec leurs qualités individuelles et cet espèce de petit fil rouge qui les mène vers des sommets auxquels on ne s’attendait pas. Thank You Goodbye It’s Over est un tube parfait, probablement l’un des meilleurs de cette cuvée 2012. Accumuler les hits ne fait pas nécessairement un bon album, pourtant c’est un véritable feu d’artifice de refrains entêtants et de mélodies raffinées qui vous attend sur ce délicieux Vampiric Way, et qui en fait certainement sa force. Let Me, l’excellentissime Boss, 50’s Are Good, Hard Love, autant de bonnes raisons d’user jusqu’à la moelle cette seconde mouture qui figurera pour sûr dans mon top personnel.