Franz Ferdinand a évité le split et s’est remis au boulot pour un quatrième disque aux accents plus sixties que jamais. Dansant et sautillant, il joue la carte de l’efficacité et de l’euphorie où Tonight faisait office de terrain de jeu pour l’expérimentation. Comme d’habitude, les écossais sont une usine à tubes et les turbines tournent à plein régime. ‘Evil Eye‘, ‘Right Action‘, ‘Love Illumination‘, tous ces morceaux sonnent dès la première minute et envahissent ta tête toute la journée. En plus de maîtriser leur son, les FF semblent vraiment s’amuser et n’hésitent pas sur les changements de rythmes et autres gimmicks surprenants. Quelques effets font kitsch mais vu l’ambiance, on reste dans les clous.

Après les avoir vu marcher sur l’eau à Rock en Seine, il est difficile de leur reprocher quoique ce soit. Ceux dont c’est la came vont le mettre pour se donner la patate et ça passera au-dessus de la tête des autres. Pourtant, il faut saluer le travail créatif du groupe qui au-delà des titres de 2-3 minutes de ses débuts n’aura jamais cessé d’aller plus loin sur la structure et la mélodie de ces morceaux à l’image de ses ponts sur ‘Stand on the Horizon‘ par exemple.

Le seul défaut de ce Right Thoughts, Right Words, Right Actions se situe peut-être dans sa longueur. Mené tambour battant, ces 10 morceaux peuvent sembler fatigants comme ‘Treason ! Animals‘. Autre faiblesse, les 3 derniers titres paraissent mollassons car comme souvent la tracklist envoie le pâté au début pour prendre l’auditeur à la gorge et relâche la pression sur le dernier tiers. Pour l’instant, j’ai tendance à lui préférer son aîné plus nuancé et surprenant peut-être mais ce RT,RW,RA est plus qu’appréciable pour une groupe qui fête ses 10 ans l’année prochaine. A l’image des Hives, ils font figure aujourd’hui de « vétérans » de la scène et de valeur sûre. Jamais très éloignée de leurs débuts et évoluant par petites touches, la musique des Franz Ferdinand vieillit bien et ils méritent amplement les réactions qu’ils suscitent.