C’est après deux années d’impatience, de trépignance et d’énervement que ‘Shatterproof Is Not A Challenge‘ décide de tomber. Si ‘Ideas Above Our Station‘, premier album de Hundred Reasons avait largement marqué les esprits, par ses mélodies cultivées et réfléchies jusqu’à la dernière note, par le chant poussé et énervé de Colin Doran, il ne sera sûrement malheureusement pas le cas de son successeur.

Il est vrai qu’on avait pas mal tremblé de peur à l’écoute de ‘The Great Test‘ (NDR: Premier single de cet opus): le chant est largement plus posé, le morceau est moins puissant. Mais pas de méprises : il s’agit bien là d’un très bon morceau, comme l’est ‘Shatterproof Is Not A challenge‘ dans son intégralité! Entre ‘Pop‘, extraordinaire exemple de l’entrelacement que subissent les guitares, un refrain mémorable où le plaisir atteindra vraiment son paroxysme sur scène, et ‘Harmony‘ ballade renforcée par les fûts plus lourd, Hundred Reasons semble être à l’aise quant à l’écriture de chansons et à la composition de mélodies accrocheuses. Et on ne compte même plus les singles potentiels qui pourraient tourner en heavy rotation sur n’importe quelle radio d’Oxford… Et que dire de ‘Truth With Elegance‘ où le groupe slallome entre passages puissants et plus doux, tout ça dans une incroyable finesse.

Mais une fois l’album fini (histoire de changer, par une élaborée ‘Makeshift‘ en acoustique) reste un arrière goût de déception: peut-être est-ce dû à une maturité forcée des membres du groupe atténuant la fureur du groupe et à ne plus s’exciter sur les cordes. Peut-être est-ce dû à une idéalisation du groupe qu’on s’est forgée en deux années. Ou peut-être tout simplement que cet album est bon, voire très bon, mais qu’on en veut plus. Et finalement, c’est peut-être l’album idéal qu’on pouvait espérer pour attendre deux années de plus qu’un troisième album soit pondu…