The Gamits est un groupe pop punk qui nous vient des US, assez méconnu en France, mais ayant fait ses preuves au States et au Japon. C’est ainsi que le 29 Juin dernier, ils nous ont pondu un album de 11 pistes du nom de ‘Antidote‘. Leur musique sonne très poppy dans un genre qui se rapproche des Beatles ou des Beach Boys, mais rassurez-vous, ce n’est pas exactement le même style : The Gamits sont de notre temps, leurs morceaux sont plus énergiques et plus tranchants (plus punk on pourrait dire avec beaucoup de tolérance lol), que les regrettés Beatles. Ce qu’ils ont de ces groupes, c’est leur génie à jouer une pop extrêmement bien ficelée, de jolis accords, une voix très polie et maîtrisée, et des choeurs d’accompagnement de bonne qualité. Attention ce n’est pas parce que c’est de la pop que vous allez vous endormir en écoutant cet album qui s’avère être de très bonne facture.

Les chansons de The Gamits ont un son frais accompagné de mélodies vocales qui sortent totalement de l’ordinaire, parfois uniques dans des chansons comme ‘Dotted Lines‘ (la première de l’album), dont le refrain est énormissime : ça fait chaud au coeur et ça commence très bien !

Les voix du chanteur et des choeurs sont très importants dans ce groupe, elles sont énormément mises en avant. ‘Golden Sometimes‘ et ‘Bloodstains/Picture Frames‘ sont des morceaux plein d’entrain à la manière de ‘Dotted Lines‘, des bons gros riffs pop, des guitares qui s’accordent à merveille, il est rare de les entendre jouer les mêmes accords sur ces morceaux, ainsi la musique gagne en richesse. Le début de ‘Golden Sometimes‘ paraît triste, l’air que chante le chanteur est sublime et les choeurs s’y allient parfaitement, le refrain repart sur des bases plus joyeuses ; un magnifique effet wah wah sur les choeurs suffit à rendre heureux le fan de pop et à fait repartir le morceau encore plus loin et plus vite. ‘BloodStains/Picture Frames‘ bien que légèrement moins bonne que les deux précédentes chansons, car un peu trop molle, a tout ce qu’il faut, de jolies notes au son cristallin en guise d’introduction, puis des riffs assez graves de guitare comme on les aime, bien que plus simples, le chanteur est toujours aussi en forme.

Dans cet album, on peut trouver de vraies perles mélodiques comme ‘How To Escape‘, ‘Born And Raised Afraid‘, ‘Not Yet Rated‘ ou encore ‘Like White Noise‘. Ces 2 dernières possèdent des rythmes originaux soutenus par des palm mute de guitare sur lesquels viennent se rajouter des voix aux airs très bien trouvés. Les guitares sont plus mises en valeur sur ces deux morceaux décidément nerveux et puissants. ‘Born And Raised Afraid‘ paraît plus agressive et bizarre au départ, mais elle se révèle en fait être une chanson joyeuse et légère, un refrain encore une fois super, des choeurs qui s’accordent à merveille, une vraie énergie s’en dégage, les riffs de guitare sonnent bien. ‘How To Escape‘ est quant à elle une chanson à part, beaucoup moins mouvementée au commencement, rythmée par une basse, puis un refrain plus rapide et au son plus gros. Les guitares ont un son très clair, au son cristallin, en dehors du refrain. Le chant est, comme aux habitudes du groupe, extra : c’est très bien agencé, les choeurs et la musique ne font qu’un et il y a souvent de quoi être ému dans cette chanson (comme dans l’album entier d’ailleurs=.

Pour finir, The Gamits ont choisi une chanson qui pourrait se chanter autour d’un feu de camps, comme à l’habitude du groupe, une chanson sentimentale qui paraît triste, c’est ‘Bridges‘. Une certaine nostalgie s’en dégage. Le morceau est accompagné par un violon pour donner plus d’ampleur à la musique. Ca fait de la peine, de quitter le groupe sur un tel titre, on a l’impression que The Gamits vont repartir loin et qu’ils nous disent au revoir (sniff).

Pour conclure, la seule chose que l’on pourrait reprocher à cet album, c’est son manque de fantaisie, aucune chanson n’est vraiment différente de l’autre, ce qui devient lassant à la longue. Mais cet album est fait pour être écouté plusieurs fois : au fur et à mesure, on s’y fait et après un certain nombre d’écoutes, toutes les chansons deviennent un réel plaisir à réécouter ! The Gamits ont une incroyable maîtrise de la musique : le chant, les choeurs, les instruments, tout va extrêmement bien ensemble, et ce mélange produit un résultat presque parfait et ultra mélodique.

Une batterie carrée qui ne fait pas d’excès de vitesse, une basse qui ne se contente pas de jouer tout le temps la même note, des guitares très complices qui aiment les arpèges et les accords chiadées, un vrai chanteur à la voix travaillée et agréable le plus souvent rejoint par des choeurs d’exception, voila ce qui pourrait définir ce jeune et talentueux groupe de pop ‘anglaise’ qu’est The Gamits. Un album à écouter absolument si vous aimez le rock mélo, un ‘Antidote‘ à la morosité 🙂