Le problème avec les groupes pop-punk, c’est qu’aux premiers abords, ils donnent toujours l’impression de se ressembler mutuellement : tempo calqués, cris de joie identiques en fond, refrains repris en choeurs, même thématiques abordées. Et le problème avec Fonzie, c’est que non seulement cela se vérifie très rapidement, mais qu’en plus ils ne s’en cachent pas et se targuent d’être en passe de devenir les ‘nouveau Blink-182‘. Et là, tout de suite, on se dit qu’on est mal barré.

Mais avant tout, on est charmés par cette pêche récurrente qui émerge des pistes tubesques qui s’enchaînent : malgré ses faux-airs de générique de ‘Les Colocataires’, la basique ‘Gotta Get Away‘ n’en est pas moins blindée d’énergie. A l’instar de ‘You Want‘ ou les breaks calmeront les ardeurs enclenchées par le rythme essoufflant de la batterie. Sans oublier tous ces refrains renforcés par des ‘ooooOooOooOoooOooh‘ joyeux en fond, ni la ballade quasi-institutionnelle, ‘Move Into You‘ qui tombe rapidement dans le cliché : chant larmoyant, piano titillant la corde de l’émotion, guitare sèche… Et il est vrai que ‘Say Hello‘ a quelque chose qui rappelle fortement les ex-scato-pipi-caca de Blink-182… Bref, du classique, du déjà-vu et c’est bien là le problème : car Fonzie se débrouille plutôt bien dans le genre, voire très bien. Après tout, ce n’est pas pour rien si le groupe en est à son troisième opus avec ‘Wake Up Call‘. Mais il est triste de constater qu’il n’en ressort aucune originalité ni aucune créativité. Dommage.

Mais qu’importe, Fonzie semble décidé : la bonne humeur festive générale reste présente pendant tout l’album sans qu’on n’y puisse quoi que ce soit. Alors on écoute, calmement, en se disant que ça se rangera à côté d’un Bowling For Soup ou d’un Simple Plan et que de temps en temps, on le dépoussiérera, en espérant qu’ils prennent un peu plus de caractère la prochaine fois. Et peut-être qu’avec le temps, on se laissera aussi convaincre, comme l’a été Nikola Sarcevic (Millencolin) puisqu’il fait partie des peoples invité sur l’objet…