Je vous avouerai d’entrée qu’avant que Go Kart Europe m’envoi ce cd, je ne connaissais pas du tout ce groupe hollandais. Pourtant, Bambix n’est pas un groupe récent, sur la route depuis 16 ans, on peut dire qu’ils possèdent d’hors et déjà une sacrée expérience. Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que ce groupe fut d’abord un trio féminin, mais de cette première formation, il ne reste que Willia ‘Wick’ Bambix. Peter à la batterie et Patrick à la basse venant l’aider afin de pondre ce nouvel et 5ème album, ‘Club Matuchek‘.

Une des premières choses que j’ai pensé en recevant ce cd, c’est que j’aurais droit à du basique et sans intérêt. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avec trois membres, on est forcement limité. Mais, pas besoin de faire durer le suspense plus longtemps (oui je te vois trembler derrière ton tube cathodique – ou ton écran lcd si t’es plus riche), ces 3 personnes ont su donner le meilleur d’eux et de leurs instruments pour nous pondre une très bonne galette de fin d’année (et c’est pas le père noël qui dira le contraire).

Difficile de savoir par quoi commencer pour décrire ce cd tellement il m’enchante. Certes pour beaucoup cela ne sera qu’un simple album punk des plus basique mais pour moi il est différent, peut être la voix de Wick ou l’énergie que dégagent nos 3 compères. Bref, ce cd est un mélange de street punk par moment, de pop punk par d’autres mais le tout effectuer avec brio. Cette chronique aurait pu se limiter à une phrase : ‘Imaginer Greg de Bad Religion avec une voix de fille et ça vous donne à peu près Bambix.‘ Mais cela aurait été idiot d’assimiler Bambix à du Bad Religion. Bien entendu la ressemblance y est mais ce groupe a aussi ce je ne sais quoi qui nous fait penser qu’ils sont particuliers.

Tout au long des 13 pistes, Bambix va balancer la sauce et je peux vous dire que ça va envoyé du steak (pardonné moi l’expression). Ca ouvre avec un hurlement, ‘Spotliiiiight‘, qui est le titre de la chanson qui va ouvrir l’album. La voix de Wick, rageuse et féminine (oui quand même un peu), la ligne de basse de Patrick et le balayage des fûts par Peter forme une cohésion idéale. On se demande même comment avec seulement 3 instruments ils ont pu nous sortir une production aussi bien foutue ! C’est plus un punk rock mature, un peu comme Tsunami Bomb, et non un punk rock débile, un peu comme… nan allez aujourd’hui je dénigre personne, que nous livre Bambix. Des passages hardcore, sur ‘No 1‘ ou encore ‘Spotlight‘, aux passages poppy sur ‘So sorry song‘, on a toujours ce sentiment d’avoir dans nos oreilles quelque chose d’original. La voix de Wick est parfaite, surtout quand elle est renforcé par des choeurs, elle ne nous donne pas tout dans le chant, juste pour en remettre une couche sur la gratte certes pas exceptionnelle mais assez bien réussie. La prod’ quand à elle est parfaite. La batterie sonne comme si elle était face à vous (la destruction des tympans en moins) et la basse ne se fait pas sourde pour un sous.

Le seul regret que je pourrais faire sur ce cd est la faible durée des chansons, principalement moins de 3 minutes. Mais on ne peut que s’incliner sur la performance de ce ‘Club Matuchek‘ qui ferait un très beau cadeau de noël pour les amateurs de punk rock. (Ôh ! Ôh ! Ôh !) Le mot de la fin ? Encore ! (Hey, j’ai réussi à ne pas faire de jeu de mot sur le nom du groupe !)