Parmi la flopé de groupe récemment signé chez Victory Records nous arrive The Black Maria. Déjà très déçu de l’orientation du label (celui-ci virant vers quasiment seulement de l’emo and cie), cet album, le premier du groupe, va-t-il me prouver le contraire ou confirmer mes pensées ?

The Black Maria officie dans un emocore déjà vu de long en large par beaucoup de groupes. Et à vrai dire, ils ne font rien de neuf, on est typiquement dans ce style, chant alterné de cris et autres hurlements, une voix qui rappelle beaucoup de groupes déjà existants, une alternance entre Chris et Kyle plutôt bonne. The Black Maria maîtrise sa musique mais malheureusement, ne consommant pas énormément de ce genre de musique je me lasse très vite des chansons et j’en tire une sensation de déjà entendu, les pistes défilent sans vraiment une qui sorte du lot. Certaines arriveront quand même à me faire bouger un peu la tête ‘The Memento‘, ‘Betrayal‘, d’autres comme ‘The Lines We Cross‘ avec une voix quelque peu changeante et un piano qui vient vous calmer les oreilles se feront remarquer par leur originalité (au sein du cd j’entend). Mais pas de tubes, Taking Back Sunday étant déjà passé par là, The Black Maria aura bien du mal à se faire un nom et se contentera probablement des miettes. Coté paroles, on tape fort niveau cliché, des paroles comme ‘I reach for razor blades, I want to cut myself, I don’t like what I see…‘ ou ‘A broken heart in a box you’re buried away…‘ sont à un niveau ultime du stéréotype du suicidaire qui hurle à la mort parce que sa copine l’a quitté. Bref il faudra quelque peu éviter les paroles.

Ce n’est pas un mauvais album, mais malheureusement un album trop commun que nous sert The Black Maria avec ce ‘Lead Us To Reason‘ qui ne fait que repasser la même chemise qu’est l’emocore. Les amateurs du style seront sans doute satisfait quand aux autres je leur conseillerais un bon vieux Taking Back Sunday.