Ektomorf a longtemps fait figure de simple clone de Soulfly avec son métal tribal venu de Hongrie. Zoltan Farkas possède en effet le même timbre de voix que Max Cavalera et s’amuse à pondre des textes aussi simplistes et efficaces que son aîné brésilien. Pourtant, Ektomorf n’est pas dénué d’intérêt, loin de là, et le groupe commence peu à peu à percer sur la scène européenne, aidé notamment par sa signature chez Nuclear Blast…

Instinct‘, leur sixième album, ne déstabilisera pas ceux qui appréciaient déjà Ektomorf, et à priori, on pourrait dire que tous les adeptes de Soulfly adoreront ce disque : aussi bien au niveau que de la production, tout est fait pour ressembler à Max Cavalera, si bien qu’on croirait parfois entendre un tribute band… Mais pourtant, Ektomorf a légèrement changé son style, et Soulfly ne constitue plus la seule et unique influence de ce groupe hongrois. Depuis la sortie du très décevant ‘Destroy‘, il semblerait en effet que Zoltan Farkas se soit mis à écouter du Machine Head en boucle… Des traces de ‘The Burning Red‘ et de ‘Supercharger‘ sont largement perceptibles ça et là sur ce disque : l’intro de batterie de ‘United Nations‘ est ainsi copiée collée sur celle de ‘Exhale The Vile‘, alors que de nombreux effets de guitare rappellent le son d’Ahrue Luster période ‘Supercharger‘… Un riff par ci, un plan de batterie par là, ça sent certes le déjà-vu, mais ça reste très cohésif et rudement agréable à écouter.

Tout comme Soulfly, Ektomorf est adepte des expérimentations : en plus de quelques délires typiquement hongrois, on retrouve de nombreux plans de guitare acoustique tout droit sortis de la fabuleuse bande originale de Gladiator (‘Burn‘, ‘Land of Pain‘). Certains titres très directs tels que ‘Show Me Your Fist‘ ou ‘Set Me Free‘ n’ont de leur côté absolument rien à envier aux ‘Eye For An Eye‘, ‘Back To The Primitive‘ et autres ‘Downstroy‘ : les refrains sont au moins aussi accrocheurs, et la hargne de Zoltan se ressent dans chacune de ses phrases. Le côté plus lourd entrevu sur ‘Prophecy‘ est également présent ici (‘Set Me Free‘, ‘The Holy Noise‘), mais l’album tient globalement plus la route que le dernier Soulfly, peut-être grâce à son homogénéité et à ses riffs plus catchy.

Rien ne se crée, tout se transforme‘, voilà quel pourrait être le credo d’Ektomorf. ‘Instinct‘ ne révolutionne en rien le tribal métal, mais il le transcende. Avec une musique reprenant tous les aspects les plus hardcore de Soulfly, Ektomorf a de quoi satisfaire un large public. ‘Instinct‘ est en tout cas un disque extrêmement efficace, ni trop court, ni trop long, et que l’on écoutera toujours avec un plaisir non dissimulé.