Il y a déjà pas mal d’années qu’on avait eu droit à un aperçu de Shane Cough, grâce à un hors-série de Rocksound 100 % français. Je me souviens encore de ce morceau, ‘Carnal Desire‘, sorte de croisement entre electro, métal, trip-hop noisy… Depuis, le combo -métal / glam / electro indus / neo punk- en a parcouru du chemin et a même réalisé plusieurs bandes originales de moyen métrages. Et là ils reviennent, avec en tête de nous faire une ‘Intraveineuse‘. Résultat : on est cloué à terre, pris de spasmes, les yeux révulsés et injectés de sang.

L’écoute d”Intraveineuse‘, le nouvel album de Shane Cough, c’est un peu la prise de fix après plusieurs mois de jeun. Samples électro-indus psychotiques et hurlements agressifs (‘Flames‘, ‘Remember The Taste‘) ont le même effet que l’injection d’une aiguille dans le bras, suivis de passages plus mélodiques rappelant parfois à du bon Evanescence. Mais la comparaison s’arrête-là, Shane Cough possède une véritable identité, une ambiance parfois dérangeante où l’introspection est de mise, le tout parsemé de paillettes métalliquement glamour (où l’occasion de comparer le groupe à Marilyn Manson grandit d’un seul coup). Et plutôt que de verser dans la destruction massive de nos tympans malgré la présence du très réussi morceau instrumental ‘Don’t Look Back‘ (un moment de pure frénésie qui prendra sûrement toute son ampleur sur scène), Shane Cough surprend en nous caressant avec des mélodies finement élaborées qui n’ont rien à envier avec les super productions américaines qu’on nous balance à tout va un peu partout. Et comme si tout cela ne suffisait pas, la (belle) voix de Marianne se déguise : on imagine une petite hystérique faire son gros caprice sur ‘Remember The Taste‘, une grosse furieuse à qui on ne demanderait même pas l’heure (‘Flames‘ à titre d’exemple), on se rappelle aussi -parfois- de ces comparaisons qui avait été faites avec celle le ton de Björk et on se souvient aussi de Skin (chanteuse de Skunk Anansie). Alors c’est sûr, y a largement pire comme références.

Sans être l’album que certains attendaient (moi en l’occurrence), ‘Intraveineuse‘ est la preuve qu’on peut encore se forger son petit univers en France. Shane Cough ne signe certainement pas la drogue ultime esperée mais la promesse que le groupe ira loin et qu’il va falloir suivre son actualité.