Le problème avec certains groupes, ce que lorsqu’ils sont influencés par certains groupes légendaires, ils ont tendance à faire exactement la même chose, un peu ‘à la façon de’. The Donnas ressemble en pas mal de points aux Ramones, peut-être à quelques différences près: tous les membres du groupe sont vivants et comme la pochette le monde, il s’agit de filles… (bon ok, on aurait pu le deviner en écoutant tout simplement les voix).

Du coup, avec ces groupes, on a toujours tendance -à tord- de les comparer à ces groupes légendaires, et dans le punk, qui peut réellement se comparer aux Ramones ? Non, aucune chance. C’est donc avec un maximum d’objectivité de ce côté-là que l’écoute de ‘Spend The Night‘ peut commencer. Et tiens, juste pour le fun, on va essayer d’écrire un texte sans blagues sexistes ou autres comparaisons du même genre.

A la première écoute, il y a une chose qui est certaines, ces demoiselles n’ont pas peur d’abîmer leur joli vernis à ongle (Ok, c’est mal parti pour éviter les comparaisons sexistes et presque mysogines). Entre solos de guitares bien venus (‘Who Invited You‘, ‘Please Don’t Tease‘) et autres mélodies rétro bien senties, mais il n’est pas impossible de ne pas accrocher… Car si musicalement, ça tient la route, le mot ‘kitch’ vient à la tête et empêche de prendre l’album sérieusement, d’autant plus que les quatres demoiselles du groupe semblent pas mal jouer sur ce point. Certes, il y a évidemment un hommage à ce rock n’ roll d’antan, certes des voix féminines c’est original mais non, ce n’est pas l’album du siècle, ni même de l’année. Juste un bon cd qu’on s’écoutera entre copines lors de pyjama party lorsque papa et maman seront partis manger au restaurant et qu’on s’amuser à se maquiller avec du rouge à lèvre et pleins de fond de teint (NDA: oui, je l’ai vécu moi aussi) et à vrai dire, c’est bien con parce que ‘Turn 21‘ lui était un bon album…