I’d Do Anything‘, c’est ce qui résonne dès le début de l’album ‘No Pads, No Helmets… Just Balls‘ de Simple Plan. La mélodie simple et efficace (j’ai quand même mové mon corps à l’écoute de l’album, sans m’en rendre compte…) annonce la couleur et la voix du chanteur aussi, on a droit ici encore une fois à un album pop-punk. Et histoire de marquer le coup, les canadiens ont fait appel à Mark Hoppus de Blink-182 pour chanter un peu dans la première track. Quand on y pense, le pop-punk, ça fait très générique de série cool made in USA, avec des skaters, du sexe, et du pop-punk. Ouais enfin bref, on passe aux tracks suivantes et là, rien de surprenant, c’est pas mauvais, mais c’est pas original, donc forcémment, dans le cas où on a déjà une tonne de cds avec marqué ‘Blink-182‘, ‘Green Day‘, ‘New Found Glory‘, ‘Mest‘, ‘Lit‘ et j’en passe, on s’ennuie.
Et les autres alors? L’album propose tellement de clichés avec ses mélodies et ses choeurs que ceux qui n’aiment pas particulièrement à la base le punk ne pourront pas apprécier cet album. D’autant plus que les paroles sont hyper classiques en parlant de relations amoureuses, flagrantes dans ‘I Won’t Be There‘ (dont le titre veut tout dire lors de l’achet de l’album…). ‘I don’t wanna hurt you, i don’t wanna hurt‘. Oui, on a vu pire, mais faut vraiment l’entendre cette chanson.

Pour ceux qui aiment en temps normal le pop-punk, y aura beaucoups de déçus puisque ‘No Pads, No Helmets… Just Balls‘ est bien fade et ne présent pas beaucoup d’interêt. Des chansons aux rythmes basiques, entrecoupées de mélodies comme ‘Perfect‘, aux constructions plus que classiques… Nan, vraiment, là je suis dégouté parce que le groupe est bon en live. Après une préstation réussie où le groupe avait réussi à mettre une ambiance bon enfant et à faire participer le public (c’est vrai que l’accent canadien a beaucoup aidé pour faire rire les gens), l’album ne pouvait pas être mauvais, au pire moyen. Et pourtant, il l’est mauvais…

Bon, on va pas cracher sur toutes les chansons puisque certaines peuvent tout de même passer comme ‘One Day‘ où là, le côté pop est plus que mis en avant et c’est plutôt marrant (c’était peut-être pas volontaire mais qu’importe). Cette chanson fera légèrement pensé à ‘What’s The Dillio‘ de Mest, si il y a des amateurs.Bon, j’vais de ce pas m’écouter du Pennywise histoire de me nettoyer les oreilles…