Je n’ai pas vu de nombreuses chroniques sur le nouvel album des Anglo-saxons que sont Howards Alias et de leur nouvel album ‘Beat Heart, Beat‘. Pourtant, ce groupe est un des meilleur du moment dans son style et mériterait amplement plus de reconnaissance. ‘The Answer Is Never‘, leur précédent opus transpirait la bonne humeur et le bon ska punk. Celui-ci est différent. Bien plus sombre, bien plus personnel.

Difficile de le comparer à son prédecesseur, certes les cuivres sont toujours présents, mais l’ambiance est plus intimiste, probablement due au chant et aux guitares plus lourdes. On aura du mal à définir les chansons, on aura du mal à expliquer ce qu’on ressent, mais ce qu’on sait, c’est qu’on est invité dans leur monde pendant 55 minutes. Des pistes comme ‘Rabbit in Headlights‘ sont toujours aussi rapide et on peut affirmer sans trop se tromper qu’Howards Alias possède maintenant un son bien à lui, proche de RX Bandits par moment mais quand même personnel. Les voix sont parfaites et se mélangent à merveilles. ‘If it wasn’t screwed on‘ nous montre ce que le groupe peut faire de mieux. On est vraiment emporté facilement et c’est pas ‘Exit on Left‘ ou bien ‘Esprit d’Escalier‘ qui nous feront redescendre sur terre. Howard Alias jongle avec les tempos, ‘Maggie and Me Pt. 1‘, ‘Pt. 2‘ et leurs tempo lent viendront s’opposés à ‘Blessing or Curse‘ avec une efficacité déconcertante. Le désign du cd quand à lui est aussi une belle réussite.

On a donc ici le droit à un très bon cd, pas vraiment étonnant de la part d’Howards Alias. Mais ce qui est étonnant, c’est surtout ce virage plus intimiste, plus progressif et profond que prend leur musique, tout en gardant cette pèche et cette efficacité qu’on leur connaît. ‘Beat Heart, Beat‘ est donc sans conteste une réussite !