En vingt longues années de carrière Bolt Thrower s’est un peu établi comme une institution : c’est par son style immuable et ses sorties d’albums espacées mais régulières que le quintet britannique a su se poser en tant que pierre angulaire de la scène death hardcoreuse européenne. Ben oui, si on avait pas droit à notre petit album tous les trois ou quatre ans, il faut bien dire qu’on commencerait à s’inquiéter. Le groupe semble donc ne pas avoir perdu en motivation puisque c’est trois ans après le très bon ‘Honour, Valour, Pride‘ qu’ils nous offrent leur huitième opus, ‘Those Once Loyal‘.

Pour ceux qui ne sauraient pas dans quel esprit évolue le groupe, disons qu’il y est toujours beaucoup question de guerre, mais aussi de guerre ou de guerre. Par contre, entre deux titres sur la guerre, ils ont parfois l’occasion de placer, surprise, un petit titre traitant de la guerre. Du coup ça tourne très souvent autour des thèmes de la vengeance, de l’honneur, de pactes scéllés avec le sang, bref tous ces thèmes chers au bon hardcore de base le tout sur fond… de guerre. Et vu qu’on ne change pas une formule qui a fait ses preuves, il ne faut pas s’attendre à de grands changements sur ce ‘Those Once Loyal‘. Mais ne vous laissez pas rebuter aussi facilement par un contenu aussi conceptuel ! Le groupe possède bien d’autres attouts…

Voyons d’abord qui s’est mis, pour cet album, à la place de chanteur. Oui parce qu’il faut savoir que ça change à peu près à chaque fois même si ce sont en fait les deux ou trois même qui tournent. Alors ce coup-ci c’est Karl Willets qui s’y colle ! Tant mieux comme ça on sait déjà un peu à quoi s’attendre : du growl caverneux et monocorde mais d’une puissance appréciable. Et c’est en effet à quoi on aura droit. Malheureusement, comme on connaît le groupe, ce n’est pas la qualité de la production qui est leur principal souci. Du coup, la voix se retrouve souvent écrasée, comprimée, reléguée au second plan et la clarté de la diction de Willets passe à la trappe. En même temps, on sait déjà tous de quoi il va parler : de guerre.

Mais venons-en à la musique, car c’est là le principal atout du groupe. Ces compositeurs aguéris savent en effet méler avec brio un death souvent brutal comme sur le très entraînant ‘Entrenched‘ et ses blasts interminables, des mid-tempos hardcore d’une lourdeur sans nom comme sur l’intro de ‘The Killchain‘ et un thrash plus vieille école (en même temps, ils en sont un peu de cette vieille école donc ça parait logique…) avec les riffs bien groovy à la Slayer et les quelques solos qui vont avec. En plus de tout ça on aura droit à quelques belles harmonies de guitares (‘Salvo‘, ‘When Cannons Fade‘, …) ou a de longs passages plus mélodiques histoire de calmer un peu le jeu de temps à autres, ce qui ne fait vraiment pas de mal. Non pas que les titres les plus aggressifs se ressemblent, loin de là, mais surtout parce que la qualité de la production est incroyablement en-dessous de ce à quoi devrait avoir droit un groupe de cette envergure.

Les fans de Bolt Thrower ne seront donc en aucun cas dépaysés par ce ‘Those Once Loyal‘ puisqu’on y retrouve tous ces ingrédients que le groupe utilise depuis maintenant bientôt vingt ans pour faire se bouger les foules. Si on ne connaît pas et qu’on apprécie le death parfois mélodique, parfois plus hardcore, cet album est également intéressant puisqu’il permet de se familiariser avec la formation sans avoir à se taper leurs premières productions au son affligeant. Du bon Bolt Thrower donc, il ne reste plus qu’à leur souhaiter que ça dure encore vingt ans de plus.