Tel le groupe Hundred Reasons, le label V2 récupère une artiste à succès, la chanteuse Skin du regretté groupe Skunk Anansie. Une artiste déchirée qui avait livré un premier album au titre évocateur, ‘Fleshwounds‘ (blessures), qui avait donné lieu à un album sombre et dépouillé. Deux ans après cette première expérience en solo, la chanteuse nous revient, plus déterminée que jamais à nous prouver son envie constante d’aller de l’avant. Cet album lui permettant d’affronter ses démons intérieurs en utlisant de nombreux styles allant de la pop au garage, en passant par la ballade ou un rock plus agressif. Pour s’assurer le succès de ce nouvel opus, l’artiste a su s’entourer et pour enregistrer ce ‘Fake Chemical State‘, elle s’est donc allouée les services de Gordon Raphael, producteur de The Strokes. Ce nouvel album signe le retour de Skin à un style plus rock (sans pour autant être du Skunk Anansie), celle-ci avouant s’être mis à de nombreux nouveaux groupes tels que Bloc Party ou encore Clor.

Les deux premiers singles ‘Alone In My Room‘ et ‘Just Let The Sun‘, sont deux titres rocks assez proches selon moi (et qui ne reflètent pas la palette de sentiments figurant sur cet album), un son qui arrivera à son paroxysme avec le titre ‘She’s On‘, aux sonorités résolument garage, un titre simple et efficace que de nombreux groupes en ‘The’ pourraient lui envier, lourd et très catchy par son rythme effréné, effectivement on se dit que Skin est sur la position ‘ON’ et ça s’entend ! Le voyage se poursuit avec le morceau Movin’ , qui contraste immédiatement avec le précédent, dû à des guitares étincelantes de pureté et un chant toujours aussi maitrisé, que Skin pousse dans de hautes sphères, à la limite de l’insoupçonné, pour nous atteindre. Ce titre ne sera pas sans rappeler un certain ‘So Here We Are‘ des Bloc Party, décidément très prisés, aussi bien auprès du public que des artistes. Une douceur musicale qui va d’ailleurs trouver son écho sur ‘Purple‘ dans lequel brille le chant, toujours aussi envoûtant, de l’artiste.
Véritable montagne russe de sentiments ce Fake Chemical State nous amène ensuite à ‘Don’t Need A Reason‘, titre montant crescendo et nous permettant d’apprécier cette superbe alliance d’une voix qui ne peut décidément laisser indifférent à un rythme certain. Brillant !
Suit ‘Nothing But‘, titre produit par Linda Perry (Courtney Love, Juliette Lewis), sur lequel le désenchantement de l’artiste atteint une magnifique tristesse, toute en délicatesse et finesse, l’artiste nous proposera le point culminant de ce registre avec le titre final ‘Falling For You‘, ballade irrésistible, languissante et magnifique, concluant admirablement cet album.
Avant ça, vous pourrez apprécier le morceau ‘Take Me On‘, enregistré avec le groupe underground italien Marlena Kuntz, proposant un rock alimenté par une ligne de basse assez énorme ! ‘Fooling Yourself‘ est quant à lui, un titre résolument pop que Skin décrit à l’inverse d’une pop artificielle, trop parfaite. Cet album marquant le retour des boutons et des points noirs qui dérangent, qui bousculent, selon ses propres dires. Là aussi, la basse est très présente avec un titre très catchy par son rythme.

Au final, c’est un album dans lequel Skin tient à nous démontrer sa volonté de progresser, force est de reconnaître que l’on a bien envie de la suivre dans ces conditions. Et si c’est avant tout avec sa voix que la chanteuse sait séduire son public, elle prouve une nouvelle fois qu’il faut compter avec elle et son incroyable capacité à passer d’un chant doux à un chant résolument plus rock. Un album à fleur de peau, un album varié et plaisant à découvrir, qui n’a qu’un tort, sa trop courte durée, c’est-à-dire 37 minutes !