Trois ans qu’on l’attendait ce nouvel album des brésiliens de Krisiun. En 2004, les fans avaient tout de même été ravis de se voir offrir ‘Bloodshed‘, mais cette compilation de raretés et de rééditions n’aura pas suffit pour succéder à l’excellent ‘Works Of Carnage‘. Ça c’est le boulot de ce nouvel opus, ‘AssassiNation‘.

Première nouvelle, le groupe retrouve à la production une connaissance de longue date, Andy Classen (Dew-Scented, Callenish Circle, Legion Of The Damned…), avec qui ils avaient déjà travaillé à l’occasion de l’album ‘Conquerors Of Armageddon‘ en 1999. Qu’on aime ou pas cet album en particulier, les dernières productions de Classen sont d’un tel niveau qu’on ne peut que s’en réjouir d’avance. Seconde nouvelle… ben y’en a pas mais bon ça aurait fait super class s’il y en avait eu une, pas de chance. Passons plutôt tout de suite à l’écoute et voyons ce que donne ce ‘AssassiNation‘ plus en détails.

Lorsque ‘Bloodcraft‘ démarre, autant le dire tout de suite, c’est la grosse claque. Le son est d’une clarté crystalline et cette grosse caisse qui assène des salves de mitraillage à toute vitesse fait inmanquablement penser à celle d”Ageless Venomous‘. Le même débit à la précision phénoménale ponctué par le même genre de riffs finement découpés, net et précis : rien à redire. Krisiun fait donc toujours ce qu’il sait faire le mieux, du death très rapide, très brutal, sans compromis. Mais dire que ça charcute du début à la fin serait sous-estimer ce trio qui a encore beaucoup de cartes dans sa manche, de tours dans son sac et ainsi de suite…

En effet, au fil des longues années de carrière du groupe, les guitares ont beaucoup perdu de leurs accents presque black des débuts. Pour faire simple, c’est beaucoup moins sombre et tourmenté qu’il y a quelques années et cette tendance semble s’accentuer sur ce nouvel album. Les guitares prennent ici très souvent de faux airs de thrash bien oldschool, avec de gros hurlements sur les petits solos parsemés un peu partout le long de ces douze titres ainsi que de jolies dissonances et quelques riffs presque Sepulturesques‘ servant à écraser encore plus des mid-tempos déjà bien lourds. Quand on la joue oldschool ici on fait pas semblant et on trouvera même, pour clôturer cet album, ‘Sweet Revenge‘, reprise de Motörhead.

AssassiNation‘ est donc tout simplement un très album album. A la fois plus brutal et plus subtil que ses prédécesseurs, il est accrocheur grâce à ses rythmiques complexes, déroutant grâce à ses nouvelles sonorités presque heavy et enfin très profond et varié grâce aux quelques instrumentaux tribaux qui ponctuent tous ces carnages pur death. Niveau technique, on n’attend plus grand-chose de Krisiun si ce n’est de jouer aussi vite et bien qu’ils jouent depuis tout ce temps et quand en plus de tout ça, la production est impeccable, cet album devient un indispensable de plus.