Aporia est un jeune groupe de Clermont-Ferrand formé depuis 2000 qui nous livre après deux démos au line-up incomplet ce troisième petit rejeton avec cette fois une formation consolidée par tous les instrumentalistes nécessaires pour faire un bon hardcore bien lourd.

Car il n’y a pas de doutes possibles, c’est bien de hardcore dont il s’agit ici. Ces cinq titres transpirent en effet d’influences diverses que ce soit celles de la scène française ou américaine. On y retrouve donc pelle-mêle la brutalité sans compromis de nos chers Kickback dans, par exemple, les changements de tempos permanents de ‘Sphere‘. On pensera également aux riffs tellement écrasants mais tout aussi entraînants de nos confrères belges d’Arkangel à l’écoute nottement de l’intro de ‘Loosing Control‘ qui ouvre l’album et s’occupe à merveille de mettre l’auditeur dans cet état d’esprit enragé qui plane sur les compos du groupe à travers toute la durée de cette courte démo.

Mais Aporia n’a pas non plus oublié de réviser ses classiques US et les sonorités de la scène New-Yorkaise ne se font pas attendre longtemps. ‘Truth‘, par exemple, sait mélanger à merveille les refrains hurlés en choeur classiques du genre et les guitares lead plus mélodiques à la Most Precious Blood. Pour ce qui est du son, même si le côté très brut donne des sonorités écorchées et chaotiques au tout qui vont plutôt bien à ce style de musique, on regrettera quelque irrégularités de niveaux qui empêchent nottement d’apprécier pleinement le jeu d’un batteur qui sait pourtant mettre ce qu’il faut là où il faut.

Cette démo d’Aporia ne laisse donc présager que du meilleur pour la suite et on imagine facilement à quel point ces cinq compos pourraient se révéler littéralement fracassantes avec un gros son et une production de haut niveau. Ce jeune quintet sait en effet user de la simplicité et de la spontanéité qui donne toute sa puissance au genre sans ennuyer une seule seconde grâce à des structures en constante évolution. Allez, on attend la suite.