Lyzanxia est un de ces nombreux groupes qui restent toujours assez discrets, même avec quatre albums et de nombreuses tournées accumulées au compteur durant ses presque dix années d’existence. Espérons simplement qu’à la suite de leur signature chez Listenable Records cette année, ils seront aussi médiatisés qu’ils méritent de l’être . Ce quartet originaire du Canada entretient de plus une relation bien particulière avec la France puisque c’est à la suite du succès qu’à reçu leur premier album/démo ‘Lullaby‘ dans notre héxagone que la formation s’est décidée à enregistrer un deuxième opus. Six années plus tard, nous voici donc face à leur quatrième rejeton, ‘Unsu‘.

Difficile de définir précisément le style dans lequel évolue ce groupe tant ils arrivent à brouiller les pistes et jouer constemment à la frontière des genres. En généralisant au maximum, on est ici en présence d’un thrash plutôt mélodique et pourtant souvent brutal. Pour donner une idée un peu plus précise, il faut tout de même savoir que le groupe a mixé et masterisé ses trois derniers albums à Göteborg chez le légendaire Fredrik Nordström (At The Gates, The Crown, The Haunted, In Flames, pour ne citer qu’eux…). Pour ceux qui n’auraient pas compris, l’influence de la scène scandinave se fait très souvent sentir et on en est d’ailleurs bien contents.

Une des particularités majeures du groupe reste néanmoins le fait qu’on y trouve deux voix, celles des frères Potvin, qui sont d’ailleurs également aux guitares. Celles-ci se marient à merveille et les compositions savent parfaitement tirer parti de ce petit plus pour donner une patate supplémentaire à tous les passages qui en ont besoin. Quand l’un hurle, l’autre chante, ou quand l’un parle, l’autre grogne. Aucune surcharge, le tout restant parfaitement audible à chaque instant.

Et les deux frères ont su aussi bien travailler en harmonie avec leurs voix qu’avec leurs guitares : les riffs sont percutants et entrainants lorsque les deux grattent à l’unison mais savent aussi se faire plus subtils lorsqu’il s’agit d’entrelacer habilement une lead au travers d’un enchainement de shreds tous plus torturés les uns que les autres. En parlant de riffs torturés, on notera entre beaucoup d’autres ceux des couplets de ‘Early Phases‘ d’une complexité et d’une fluidité remarquable ou encore l’intro aérienne de ‘Answer Fields‘.

Au rayon des critiques, même si elles ne sont pas nombreuses, il faut quand même avouer que cette profusion de styles, ces passages constants de chant heavy sur des rythmiques death à des syncopes thrash accompagnées de riffs parfois très expérimentaux ou alors plus groovy peuvent faire qu’on s’y perd un peu. Lyzanxia possède bien son propre style, aucun doute là-dessus, mais à de rares moments le tout manque juste un peu de cohérence. Néanmoins, au prix d’un effort d’écoute minimum, on se laisse vite emporter dans l’univers du groupe qui navigue dans une ambiance quelque part entre ésotérique, fantastique et un froid industriel étrange et dérangeant.

Unsu‘ s’adresse donc à tous les amateurs de thrash mélodique qui cherchent à écouter quelque chose qui sort des sentiers battus du genre mais qui est en contrepartie moins facile d’accès. En bref, et de peur d’avoir rendu tout ça un peu trop confus, ceux qui auront apprécié des groupes tels que Hatesphere, Impious, Callenish Circle, Carnal Forge ou toute autre formation aux influences majoritairement scandinaves et qui aime jouer du thrash ‘différent’, sauront surement tout autant apprécier ce nouvel opus de Lyzanxia.