Il y a un truc définitivement agaçant dans la vie : se dire qu’au lieu d’être un minable total, laid et peu abordable, on aurait pu finir extrêmement charmant, attirant et tout ce qui peut être enviable dans notre société. Tout cela, à peu de choses près, à quelques micromètres même puisqu’à seulement un spermatozoïde près. Et ça, Ben Kweller l’illustre parfaitement.

Parce que Ben Kweller est homme bien sous tout rapports, encore jeune, doté d’une discographie idéale : trois albums, plusieurs EP, aucune fausse note. Parce que Ben Kweller a aussi le bon goût d’apprécier la folk et cultive un don pour l’écriture de mélodies simplissimes et inoubliables (‘Nothing Happening‘) tout en restant modeste. Bref, on l’envie énormement. C’est sûr, il a toujours l’air un peu dans les vapes et ce n’est pas la pochette de son nouveau disque éponyme qui rehaussera son image de marque. Mais qu’importe, Ben Kweller n’a que l’air d’être fatigué : les nouvelles chansons apportent toujours autant de fraîcheur (‘Penny On The Train Track‘, ‘Magic‘), même lorsqu’il se permet de réenregistrer ‘I Don’t Know Why‘, titre issu de sa démo qui reste aujourd’hui toujours aussi spontané et naturel. C’est d’ailleurs avec beaucoup de naturel que le songwriter fait un léger clin d’oeil à ses débuts au sein du groupe grunge Radish avec le très énervé ‘This Is War‘ : sans tomber dans la surenchère inutile de saturation ou d’accélération rythmique pour nous placer en plein coeur d’un champ de bataille.de la guerre.Même s’il manque toujours ce petit truc qui le propulsera au rang des génies Ben Kweller nous confirme à nouveau qu’il est définitivement un des songwriters les plus doués du moment et sûrement le plus inspiré. Mais bon, ce n’est pas comme si il n’avait plus le temps…