Pile un an après ‘Malevolent Rapture‘, les ex-Occult rebaptisés Legion Of The Damned nous reviennent avec leur second album sous ce nouveau nom, ‘Sons Of The Jackal. Le prédécesseur remontait au racines même du thrash pour nous balancer de gros blasts et riffs Slayeriens en plein dans les dents de la manière la plus simple et efficace qui soit, alors voyons donc ce que ce dernier opus a à nous offrir de plus.

Après s’être mangé dans les tympans ne serait-ce que quelques secondes du titre d’ouverture, ‘Son Of The Jackal‘, le constat est évident, ça sent toujours aussi bon le Slayer, Kreator et compagnie. Pas d’intro inutile, ici on va directement à l’essentiel et c’est un gros blast bien gras qui démarre cet album. D’ailleurs la puissance des compositions de manière générale ne se base toujours pas sur des arrangements subtils, des effets divers ou autres fantaisies rythmiques. Non, ici les structures sont simplissime, on va droit au but et tant que ça donne envie de remuer la tête, tant mieux. Tactique du rouleau compresseur en gros, ça joue vite, fort et bien non-stop.

Le groupe semble avoir poussé encore plus loin les quelques éléments qui faisaient son identité sur le précédent opus. Le côté hymne des refrains hurlés en choeur est encore plus présent. Deux ou trois mots facilement identifiables gueulés en boucle sur une batterie mitraillant à toute vitesse et voilà, on obtient un de ces titres qui restent en tête dès les premières écoutent. Oui, c’est certes incroyablement facile mais c’est tout aussi efficace et plaisant à écouter.

Un autre élément sur lequel le groupe semble avoir insisté plus que sur son précédent volet est le côté presque second degré des lyrics et de tout ce qui est image et artwork. Très clairement, ces quatre jeunes hommes ne sont pas là pour répandre la parole de satan mais juste pour nous raconter des histoires de vampires, zombies, loup-garous et autres créatures de la nuit qui se nourissent de chair humaine. Même si Maurice Swinkels au chant y met tout son coeur et hurle à la mort de la façon la plus crédible possible avec son grainsi particulier, on sent bien que derrière tout ça, il n’y a aucun message particulier, mais bien juste l’envie de faire bouger du monde, de s’amuser un peu.

Sons Of The Jackal‘ est donc tout aussi rafraîchissant en ce début d’année que l’était son prédécesseur l’année dernière. Du bon thrash, bien exécuté, avec une production remarquable sans être trop lisse et quelques titres qui marquent les esprits, comme l’hypnotisant ‘Undead Stillborn‘ ou l’épique et entraînant ‘Diabolist‘. Bref, ça groove toujours autant et même si ils ne révolutionnent certainement pas le genre, Legion Of The Damned en utilisent toutes les bases pour produire quelque chose de qualité. Alors on espère à l’année prochaine pour le suivant.