Deux ans après ‘To the nines‘ , Only Crime décide d’affirmer son statut de groupe à part entière en signant un second album baptisé ‘Virulence‘. Cela paraissait presque difficile à croire lorsque l’on voit le large horizon d’où provient chaque membre. Aussi bien musical que géographique (tous sont dans des groupes et états différents).

Et pourtant l’expérience est réitérée à notre plus grande joie.
Car il s’agit bien d’une expérience. A commencer sur le plan humain : retrouver des icônes telles que Bill Stevenson (Descendents/All/Black Flag), Russ rankin (Good Riddance), Aaron Dalbec(Bane/Converge) et les frères Blair (Hagfish/Gwar/Armstrong) réunis dans un unique but… Retrouver des mélodies hardcore des 70’s ou 80’s.

Le travail d’écriture a commencé fin 2005 au Blasting Room (tenu par Bill) et on peut dire que cet album sonne comme un aboutissement pour chaque membre notamment au niveau de la cohésion interne et de l’harmonie. Ainsi, nous sommes gratifiés de titres punk hardcore bien « burnés » une fois de plus et où l’influence des 80’s est reine (sur ‘take Me‘ ou ‘In Your Eyes‘).
Malgré des chansons plus calme que sur le premier opus (‘Now’s the time‘ ou encore l’excellente ‘This is Wretched‘), il est un fait que Virulence porte bien son nom, aussi bien concernant les mélodies que les paroles, lourdes de sens tant Russ leur apporte sa vision du monde.

Virulence se veut le porte parole d’un groupe légendaire qui abandonne ses allures de side project. Il ne leur reste plus qu’à démontrer leurs prestations scéniques une nouvelle fois lors d’un éventuel second passage par chez nous.