Fallaster joue de l’émo, comme beaucoup de groupes américains. Fallaster use donc d’une production carrée et de bons riffs de guitares souvent assez efficaces même si évidents. Seul différence avec les grands freres américains, le groupe ici chroniqué est français. Et il prend le parti de chanter quelques morceaux en français.

L’album démarre fort avec trois titres puissants donc l’excellent mais très classique ‘Koma‘ le reste de l’album oscillant entre une Pop-punk portée par une rythmique solide, et un côté plus émo, comme le morceau d’ouverture ‘Palantime‘ ou le bon ‘Ceux qui nous mutilent‘ qui en sont la plus parfaite illustration. L’ensemble laisse un peu sur sa faim après plusieurs écoutes, et ce ne sont pas les deux bluettes ‘Empty Home‘ et l’insupportable ‘Déjà un automne‘ qui refilent la pêche à la fin de l’album.

On sent le groupe influencé par la scène émo-mtv actuelle, on sent également que si le groupe prend le parti pris (risqué mais pas râté ici) de chanter en français, ils semblent encore trop marqués et proches de leurs influences. Les ombres des anberlin, ou Saosin, et même Pleymo pour le côté français et certains aspects de la voix planent un peu trop au dessus du groupe.

Les bases d’un très bon album sont donc bien posées, mais il reste au groupe a se démarquer de la scène actuelle et à briser les codes d’un genre bien définit avant de revenir avec, peut-être, quelque chose de moins lisse et plus personnel, un peu moins classique.