Votre mot de passe vous sera envoyé.

Ce que j’ai lu à propos de mon ami Fermin Muguruza ces jours-ci dans une certaine presse me scandalise profondément.

Le portrait que l’on veut donner du personnage est totalement caricatural, tendancieux, et qui plus est aux antipodes du véritable personnage avec qui je chante et partage la scène chaque jour.

Face aux attaques agressives, hostiles et injustes auxquelles il est soumis, Fermin sait qu’il peut compter sur mon soutien inconditionnel.

Le spectacle ” Jai Alai Katumbi Express ” a toujours été et sera toujours un et indivisible.

Radio Bemba ” non grata ” dans la cité !

Accusés de promouvoir des assassins, d’être défenseur du terrorisme le plus sanguinaire et je ne sais combien d’autres âneries.

S’il ne s’agissait pas d’accusations aussi fortes, tout ceci ne serait qu’une farce ridicule, absurde et bête. Mais dans ce cas précis les paroles font mal…et offensent.

Elles font mal et offensent parce qu’elles déforment et torturent notre image publique et nos idéaux les plus profonds.

Je suis né à Paris. J’ai grandi dans une république et s’il y a bien quelque chose que cette république m’a enseigné, c’est que nous naissons tous égaux et que ma liberté s’arrête là où commence celle de mes voisins. Ceci est clair pour moi. Ainsi que pour tous les membres du groupe…

Et cela implique un refus permanent de toute forme de violence intentionnelle ou gratuite envers autrui.

Malheureusement de l’autre côté des Pyrénées les temps anciens sont de retour. Les mêmes temps anciens, les mêmes vents puants qui firent que, au lieu de naître à Bilbao ou en Galice, il a fallu que je naisse à Paris, loin de mes racines profondes.

Ils ferment des journaux en Euskadi, ils nous vomissent de mensonges en mensonges que nous sommes en danger, et qu’il y a besoin de répression, toujours plus de répression…
Même Manu Chao cache dans son groupe un dangereux terroriste…
C’est ridicule ! Dangereusement ridicule !
Je me sens offensé…
Je suis préoccupé.
Les temps sauvages sont revenus…
Il va falloir être très attentif…

Pour en finir avec cette sordide histoire, nous voudrions avec Radio Bemba, nous excuser auprès des gens de Malaga et de Murcia pour ne pas avoir pu présenter ce mardi et ce jeudi notre spectacle Jai / Alai Katumbi Express pour des raisons totalement indépendantes de notre volonté.

Et pour finir avec une note joyeuse et bien moins amère, je tiens à remercier tous ceux qui ont partagé avec nous les concerts du mois d’août dernier.

Ca a été pour nous, et j’espère pour beaucoup, une source salutaire de bonnes énergies et de vitalité positive.

Comme toujours, et depuis maintenant presque vingt ans de carrière, la violence ne s’est jamais invité, ni verbalement, ni physiquement, dans aucuns de nos concerts.

Pour la simple et bonne raison qu’elle n’y a jamais été invité.

Bien au contraire. Radio Bemba a toujours vécu et continue de vivre pour se donner à son public, multiple et varié, et diffuser l’idée que l’espoir en un autre monde plus juste et plus digne est encore possible.