Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est quoi ?

Lancé depuis juillet 2015, Discover Weekly (ou Découvertes de la Semaine chez nous) a l’air de rien mis en place un système de recommandation d’une fiabilité assez incroyable. En 10 mois, les chiffres sont là : 5 milliards de streams et 40 millions d’utilisateurs, soit plus de la moitié des 75 millions du service. Aux chiottes Apple Music vendu dès son concept comme LE service de streaming pensé pour ça, pour toi. D’ailleurs, Apple en est vite devenu jaloux puisqu’ils viennent de lancer un service équivalent. Il y a quelques jours, Soundcloud a également mis en place un système de suggestions. Chaque semaine débarque sur Spotify 30 titres en rapport avec ce que tu as déjà écouté, aux playlists que tu as ajouté, aux playlists assemblées par les autres utilisateurs contenant ces titres et aussi en lien avec ce que les autres utilisateurs ont pu écouter comme artistes similaires. D’autres subtilités sont à lire plus bas.

Je n’attendais rien.

Quoi de neuf par rapport aux radios d’artistes déjà proposées par Spotify, Deezer and co ? En un mot ? Algorithme. Au delà de la machine et de ses ingénieurs, un homme est en charge du projet, Matthew Ogle. Il est aussi à l’initiative du site This Is My Jam. Utilisé pendant un temps pour partager ton morceau du moment sur les réseaux sociaux, il a été acheté puis fermé par Spotify. Au-delà de la machine, ce cher Matthew et son équipe sont là pour pondérer les résultats liés aux comportements des utilisateurs et faire en sorte que les playlists envoyés ne soient pas les mêmes pour tous. Encore mieux, ils essaient de ne pas seulement te recommander des groupes populaires mais aussi des perles rares. Exemple ? Ce n’est pas parce que tu viens de découvrir Coldplay que l’on va directement te proposer Muse, U2 et toute la farandole qui suit. L’autre ambition du service est de te proposer des artistes à en devenir, oubliés ou méconnus. Une importance particulière est accorder à la récence des écoutes. Partant du principe que ce que tu écoutais il y a 6 mois n’est peut-être plus aussi important pour toi que ce que tu écoutes aujourd’hui.
“Un titre sur 2 tombe juste dès le premier essai.”
A titre personnel, je n’attends aucunement d’un service de streaming ou d’une appli qu’on me dise “quoi écouter”. Dès le premier essai avec cette playlist concoctée sans être demandée, la magie opère. Au point qu’un titre sur deux a tapé juste. Comment ? Pour éviter les foirades, Discover Weekly pondère. Tu prêtes ton compte à quelqu’un parfois ou tu t’amuses à écouter le best-of de Joe Dassin pour ambiancer ton open space ? L’algorithme détecte ses comportements ponctuels et le vire de ses données. Aussi, si tu dégages une des chansons proposées en moins de 30 secondes, il comprendra que cet artiste ou ce genre n’est pas ton prochain tube de l’été.

Et pourtant…

Ce qui est drôle avec ce nouveau joujou, c’est sa facilité, son côté éphémère qui te pousse à aller vérifier chaque lundi ce qui t’attend mais aussi les questions qu’il te pose à toi-même. Qu’est-ce que j’ai bien pu écouter dernièrement pour hériter de cette daube ? A-t-il proposé ce morceau cool parce que j’écoute trop Demis Roussos ces dernières semaines ? Et si j’écoute Limp Bizkit non-stop pendant une semaine, est-ce que la playlist sera uniquement composée de neo-metal entre 97 et 2003 ?
Bien sûr, la technologie est encore pleine de surprises : bonnes et mauvaises. Une semaine peut enchaîner les perles, la suivante vous envoyer des artistes déjà connus ou pire, des chansons n’ayant strictement rien à voir avec vos goûts. Est-ce que ça permet à l’algorythme de s’affiner ? Bonne question. Pour ne pas perdre totalement l’auditeur dans 3 heures de nouveautés, Spotify a aussi choisi de laisser des groupes déjà entendus dans les playlists. Sache que si jamais tu souhaites avoir plus de recommandations de leur part en relation avec ce que tu écoutes, tu peux toujours écouter les radios liées à chaque artiste. Elles te proposent des groupes en continu que tu pourras aimer ou non sans te perdre totalement sur tes goûts actuels. C’est ici que tu seras plus à même de tomber sur AC/DC si tu écoutes Aerosmith.
“Attention à ne pas confondre avec les radios Spotify.”

Et toi, ça t’a proposé quoi ?

Grâce à Discover Weekly, j’ai découvert des groupes excellents que j’avais peut-être déjà croisé sans jamais faire l’effort de leur accorder le temps nécessaire pour les écouter. Ca a bien entendu influencer les prochaines playlists que le service me proposait avec des orientations très fortes en fonction du nouveau groupe ou genre que je venais de découvrir et dans lequel je creusais. Pour prendre l’exemple de ma playlist du 27 Juin, il y a fort à parier que mon écoute forcenée de groupes comme Why Mud, à savoir du rock psyché français ait donné du Wall of Death issu du même genre, HeronOblivion, Fuzz, The Liminanas ou Shock Machine.
Young Fathers en est un bel exemple. Proposé sûrement car ils se rapprochent de TV On The Radio sur certaines chansons, ils sont devenus l’un de mes coups de coeurs de l’année. Floating Points a atterri dans ma playlist, m’ayant attiré jusqu’à leur concert à We Love Green : une excellente surprise. Des cas comme ces deux-là, j’en ai une dizaine. Le psyché bourrin de Mink Mussel Creek, Yak, Fufanu, Broadcast, Field Music, Bill Baird, Pile, Holy Esque, Undergrünnen, Soviet, Sudakistan
Ce qu’apporte DW est une certaine variété dans ce que vous pouvez écouter. Même si vous trainez votre nez en permanence sur Visual Music ou sur des sites de qualités inférieures, vous ne pourrez jamais savoir à quoi ressemble ce que vous allez écouter avant de faire l’effort de taper son nom sur YouTube ou sur un service de streaming. En agrégeant ça sous forme de playlist et en se basant sur vos goûts, Spotify vous mâche le travail. Il ne vous reste plus qu’à savoir ce que vous voulez manger et le digérer. Pour vous donner un aperçu, quoi de mieux que vous partager ma dernière playlist et de vous inviter à partager la vôtre en commentaires.

Source : The Verge & Quartz