Votre mot de passe vous sera envoyé.

On espère que tu as le temps ces prochains jours parce que le programme de la journée est COSTAUD. Du tube, du rocker à l’ancienne, du crooner, tout le monde y passe pour un des vendredis les plus chargés de l’année.

Pas du genre à se laisser faire, Jack White a décidé qu’un seul album en 2022 c’était pour les faibles. Il attaque avec Fear Of A Dawn dès aujourd’hui avant d’envoyer la petite soeur début juillet avec Entering Heaven Live. Le premier s’annonce très bon, notamment avec le son ENORME du morceau titre.

On a chaise longue, on a chaise longue : tube surprise de la fin 2021, Wet Leg débarque avec son premier album et vous n’avez pas fini d’entendre ces Breeders next gen qui ont tout compris aux pépites pop de 3 minutes. Vous allez les entendre et les voir partout !

Father John Misty vient de sortir un disque particulier avec Chloë & The Next 20th Century. Un disque majestueux dans la forme, promu uniquement via quelques concerts soutenus par un orchestre. Cependant, cette version crooner et à l’ancienne enlève une partie de l’attrait du personnage folk, cynique et drôle que l’on a l’habitude de suivre. A voir comment ça vivra dans la longueur…

Avec Grizzly Bear au point mort, Daniel Rossen nous revient officiellement sous son propre nom en solo toujours chez WARP. Pour les amoureux de Yellow House, vous y trouverez quelques souvenirs et une prod et des batteries assurées par Chris Bear, autre membre de l’ours de la folk.

Mieux vaut tard que jamais avec DITZ qui a sorti l’inflammable The Great Repression. D’une sauvagerie rare et d’une qualité constante et étincelante, c’est sûrement le disque le plus VENERE qu’on a entendu depuis deux ans. Une agression surprenante et bienvenue.