Il y a bien deux styles de musique (relativement décente) que je n’aurais jamais pensé chroniquer sur VisualMusic : le reggae, sympathique berceuse que mes potes à la compote adorent passer lors des soirées où la défonce remplace Pro Evolution Soccer, et le folk, musique chiante pour jeunes adultes bobos accros aux Beatles comme Julien Dray l’est aux montres, utilisant Les Inrocks comme magazine de joie lors de longs plaisirs solitaires. Et pourtant, quand la manageuse de Simdiese6 (coucou do* !) m’a proposé d’écrire un article sur un autre de ses poulains, Spasmodic Joy, en me suggérant d’aller faire un tour sur son MySpace, je n’ai pas fermé la page au bout de trente secondes. J’appréciais le son. Quelques semaines plus tard, le CD -intitulé ‘A Bunker‘- était dans ma boîte postale. Quelques mois plus tard, la chronique de ce disque folk est là. Par contre, toujours pas de trace du reggae dans nos colonnes.

Alternant ambiances raffinées et arpèges épurées, Spasmodic Joy produit une musique apaisante. Geoff Mendelson, le bonhomme derrière ce projet, a aimé le ‘White Album‘ des Beatles, et ça s’entend. L’influence est plutôt bien digérée, et provoque à plusieurs reprises des mesures majestueuses (comme la première plage de l’album, ‘Hello‘). Le lillois évolue dans un genre où les décalages musicaux sont difficiles à manoeuvrer même si, bien installé dans son fauteuil, on fronce légèrement les sourcils en ayant l’étrange impression de se trouver dans un saloon pacifiste avec le morceau ‘Take It If You Go To Town‘ ; mais ce sentiment s’estompe dès la fin du titre, pas de panique. Le disque comporte une grande majorité de tonalités mineures, chantées ou instrumentales, mais les morceaux les plus réussis sont deux compositions aux échos majeurs : ‘Now I’m Free‘, haut-perchée, insolente et fraiche, et ‘Open & Empty‘, que j’avais déjà évoqué il y a quelques temps, brumeuse mais indéniablement radieuse. Même la vue de Pauline Lefèvre présentant la météo du Grand Journal de Canal+ ne donne pas autant le sourire.

En plus d’avoir chroniqué un disque folk, j’ai apprécié un disque folk. Sans délivrer de claque, ce ‘A Bunker‘ lunatique accompagne agréablement l’auditeur dans des moments exempts de toute agitation. Voilà, maintenant, lecteur, attend-toi à du reggae sur VisualMusic.