Après un EP fort sympathique (‘The Wait‘), Venyce revient à la charge avec un nouveau 6 titres, alors que [s]je[/s] la fine fleur du journalisme musical [url=https://www.visual-music.org/chronique-890.htm]réclamait un album[url]. Ces jeunes gens n’écoutent pas [s]mes[/s] les bons conseils, c’est un tort qui ne restera pas impuni.

Mais plutôt que céder à la vendetta personnelle, penchons nous sur ce ‘Missing Persons‘. Venyce a gardé ses atouts, à savoir une belle qualité de composition (la rythmique sur ‘Suspense‘), une technique au service de leur chanson (et non l’inverse), et une certaine classe qui ressort de leur musique (‘Just married‘). Sur ‘The Wait‘, les parisiens s’appuyaient sur les montées en crescendo pour intensifier leurs compos. Ici, l’axe a été mis sur l’explosivité, avec des breaks noisy surprenant l’auditeur et chatouillant agréablement les oreilles. Les chansons apparaissent plus complexes qu’auparavant, ce qui est quelques fois légèrement déstabilisant, mais Venyce aime accentuer le coté tranchants des voix et des guitares, ce qui donne un coté brut à leur pop rock, et ce même sur les balades amères (‘In the asylum‘). Preuve qu’il n’y a pas besoin d’arabesques pompeuse ou de concept fumeux pour faire de bonnes chansons.

Tout cela est de bien bonne facture, même s’il est dommage que ‘Catching missiles in midair‘ partent autant en vrille. Suite réussie pour Venyce, mais le quintette ferait bien de se méfier des chroniqueurs rancuniers.