‘Ma petite maman chérie,
mon tout petit frère adoré,
mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser [team]T-Bow[/team]. J’ai embrassé mes trois frères [team]Ross[/team], [team]Hilikkus[/team] et mon fidèle [team]Marku[/team]. Quant au véritable je ne peux le faire hélas !

J’espère que tous mes disques te seront renvoyés ils pourront servir à [team]Justme[/team], qui, je l’escompte, sera fier de les écouter un jour. A toi petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée. J’ai même poussé le vice jusqu’ à écouter plusieurs fois cette horreur nommée ‘The Resistance‘. Et je ne sais qu’en penser. Sur le webzine rouge, je m’imaginais à l’abri de l’ennemi qui pourtant, le fourbe, s’annonce sous la bannière des valeurs que nous défendons. J’ai été frappé de plein fouet. L’ennemi est partout et les collabos se multiplient : la chanson française, la bande à Zazie, Obispo et Calogero marche au son de botte de vil adversaire. Mozart Opéra Rock n’est qu’une glorification de l’angloys abominatif, l’horrible golem. Nounours et Tintin sont là aussi, sur ce nouveau disque. Mais qu’importe, seul führer Bellamy harangue les foules de son horrible voix.

Maman, j’ai bien peur que la sphère qu’on voit sur la pochette de ce disque soit creuse, une déclaration d’intentions politiques et musicales mais enlevons la chantilly et il ne reste rien. C’est une déflagration épique que l’on ne peut stopper, d’excessifs excès théâtraux, une blitzkrieg de guitares lourdes pour satisfaire le rebelle punk, l’adolescent qui souffre. De la poudre aux yeux qui peut convaincre les plus jeunes d’entre nous, mais il suffit de peu d’attention pour voir que cette résistance ne résiste pas à l’attention, celle-ci prouve aisément qu’il n’y a absolument rien sous la surface. Même les affreux Queen avaient de meilleures chansons que cette bande de dangereux dégénérés mégalomaniaques. Mes aimés, j’ose le dire, la meilleure chose sur ce disque putride est encore ‘I belong to you‘ car seul là se trouve un peu de retenu, d’humilité. Ce fut trop demander tant le petit homme en colère, incapable de se retenir, ne peut s’empêcher d’y immiscer un ridicule passage d’opéra qui prouve que sa voix est aussi affreuse que les sons de ses instruments sur l’inécoutable ‘Origin of Symmetry‘.

Cette mort se résume dans son excès orchestral final : c’est certes soniquement impressionnant, c’est une audace en ces temps formatés, mais c’est surtout très mauvais. Le leader maximo souhaitait probablement prouver par là son génie. Mais si Steevy se met à utiliser des mots tels éloquence ou gargotier, cela ne prouvera en rien son intelligence, sa culture, ses valeurs. Il en va de même ici.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il enseigne bien pour être plus tard un homme, un vrai.
27 ans et demi, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Jacko, Bodhi et Filip. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.
J’aimerai citer une dernière fois le sage, je n’ai pas suivi tes conseils précieux, encore une fois mais laisse moi partir en te citant et en te déformant : « madame je n’écrirai rien sur ce disque, c’est une merde ».

Je ne peux pas en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, [team]Ross[/team], papa, [team]Virginie[/team], [team]Lucysky[/team], [team]Boris_Neo[/team], [team]Nox[/team], [team]Phoenix[/team] je vous embrasse de tout mon coeur d’enfant fantôme. Courage !

Votre TGC qui vous aime’