There’s no place like home‘ émane de la volonté d’Exsonvaldes de garder une trace discographique des multiples concerts qu’ils ont donné dans les apparts de leurs fans au cours de l’année 2009. Les quatre parisiens se sont donc offert une session d’enregistrement à maison pour pondre cet unplugged.

Rayon surprises, on retrouve de vielles connaissances (‘Going away‘ fera plaisir aux fans de la première heure) et deux reprises : ‘Take on me‘ de A-Ha, toujours très ludique, et ‘As tears go by‘ des Rolling Stones, assez anecdotique. Le gros des titres est extrait de l’excellent ‘Near the edge of something beautiful‘. L’exercice acoustique prouve (si besoin était) le talent de composition de Exsonvaldes. ‘Everything I see‘, ‘Last year‘ ou ‘Lali‘ passent comme une lettre à la poste. ‘Old & weak‘ a été raccourcie pour les besoins de l’exercice, transformant sa seconde partie nerveuse en pop song parfaite. ‘I know‘ est passée également à la moulinette pop folk pour le même succès. Même ‘Sunlight‘, pas flamboyante en électrique, se révèle être sacrément efficace dans sa version épurée. Seules ‘Folk song‘ et ‘Hurry up‘ ne retiennent guère l’attention.

There’s no place like home‘ est une très jolie gourmandise offerte par Exsonvaldes. Même s’il ne saurait surpasser ‘Near the edge of something beautiful‘ en termes d’intérêt, ceux qui connaissent déjà le groupe peuvent se jeter dessus les yeux fermés. Pour les autres, il constitue une bonne porte d’entrée vers un groupe qui fait bien plaisir à entendre.